Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

07 octobre 2020

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Une Rimouskoise fait sa place avec le Vert & Or

SPORT UNIVERSITAIRE

Naomi Doiron

©Photo Gracieuseté

Naomi Doiron a évolué pendant deux saisons avec les Pionnières du Cégep de Rimouski.

La Rimouskoise Naomi Doiron s’est taillé une place avec l’équipe de volleyball du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke à sa première année universitaire. Une grande fierté pour l’étudiante en droit.

La jeune femme de 19 ans avait neuf ans quand elle a commencé à jouer au volleyball. Elle ne s’attendait pas à jouer au niveau universitaire 10 ans plus tard.

« Comme je viens de la division 2 et que l’université est de la division 1, je ne voulais pas me faire d’attentes pour ne pas être trop déçue. J’y suis allée pour voir comment les athlètes étaient et comment le calibre de l’équipe était. Quand j’ai su que j’avais été prise, c’était comme un rêve de petite fille qui se réalisait », mentionne Naomi Doiron.

Pendant sa première saison, la joueuse aimerait améliorer sa technique et sa force musculaire qui, à son avis, lui permettrait de se développer à son maximum et d’aller plus loin dans son jeu.

« C’est vraiment différent. La majorité des joueuses viennent de la division 1. C’est de l’adaptation au calibre des autres et à la vitesse des balles. Je trouve que de jouer avec des joueuses plus fortes que moi me permet de me dépasser encore plus et de m’améliorer plus vite », ajoute la volleyeuse.

Selon Naomi, ce sont sa détermination et sa motivation au camp d’entraînement qui lui ont permis de se faire une place dans l’équipe. « Je pense que c’est ma capacité à toujours vouloir donner mon 100 % parce que justement je n’avais rien à perdre. J’ai des croutes à manger pour être au même niveau que toutes les filles dans l’équipe, mais je pense que le fait que j’étais tout le temps là au maximum m’a permis d’être dans l’équipe », dit-elle.

Saison différente

La pandémie a forcé le Réseau du sport étudiant du Québec à annuler la saison universitaire jusqu’au 31 décembre. La première partie de la saison de Naomi sera donc composée uniquement d’entraînements.

« En ce moment, je ne peux pas comparer parce que je n’ai pas vécu autre chose. Pour les entraînements, ça revient au même. C’est sûr qu’il a des précautions sanitaires à prendre, mais à part de ça il n’y a pas de différences. C’est un peu plus plate de ne pas avoir le volet compétitif, mais nous sommes chanceuses de pouvoir avec des entraînements », affirme-t-elle.

La volleyeuse assure toutefois que le niveau d’intensité est quand même élevé lors des entraînements. « On donne notre 100 % et on fait comme s’il allait y avoir des matchs pour qu’on ne diminue pas notre force. Les entraîneurs mettent beaucoup l’accent là-dessus aussi », exprime-t-elle.

Après avoir joué avec le Sélect de Rimouski lors de ses cinq années à l’école secondaire, Naomi Doiron a évolué deux ans avec les Pionnières du Cégep de Rimouski.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média