Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

08 octobre 2020

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Érosion : vers une solution permanente à Sainte-Luce

RÉAMÉNAGEMENT

Plage de Sainte-Luce

©Photo : archive L'Avantage

En plus de régler le problème d’érosion, la municipalité veut améliorer sa promenade qui longe la plage de l’Anse-aux-Coques.

La municipalité de Sainte-Luce veut régler son problème d’érosion à long terme. Un projet en collaboration avec l’UQAR est en voie de se concrétiser.

Le gouvernement du Québec annonçait au mois d’août un investissement de deux millions de dollars pour contrer l’érosion à la plage de l’Anse-aux-Coques de Sainte-Luce. Une recharge de plage sera faite à l’automne 2021. En complément, la municipalité veut travailler avec l’UQAR pour analyser l’ensemble des solutions. Elle a fait une demande de subvention pour le programme provincial « Visage municipal «. 

« Ce programme prévoit un travail de partenariat pour regarder l’ensemble des solutions. Des scénarios vont en ressortir, pas seulement deux ou trois comme au ministère de la Sécurité publique. Ce sera l’ensemble des solutions de protection qui seront proposées en fonction de ce qui s’est fait ailleurs », explique la mairesse de Sainte-Luce, Maïté Blanchette Vézina. 

En plus de trouver une solution pour le secteur touristique de Sainte-Luce, la mairesse veut protéger de façon permanente l’ensemble de la baie de l’Anse-aux-Coques qui comprend près d’une quarantaine de résidences à risque.  

« Il y a d’autres solutions. Il y a parfois des digues enrochées au large, mais il peut aussi y avoir un appareil qui contrôle les vagues au large. Il y a différentes choses qui se sont faites ailleurs. Le gouvernement propose souvent trois solutions de base, mais l’UQAR va regarder l’ensemble des solutions avec les mouvements des glaces », ajoute-t-elle. 

Les travaux de recharge de plage nécessitent souvent de l’entretien après quelques années.

« Ça représente souvent des coûts annuels pour la municipalité. On veut qu’une fois que le travail est fait, il n’y ait pas d’entretien à faire avant un bon bout de temps. Ce type d’étude serait une première au Québec. C’est un travail en profondeur qui n’a jamais été fait ailleurs », exprime la mairesse.

La demande de la municipalité est pour une subvention de 100 000 $ pour un projet évalué à 110 000 $. Elle a déjà reçu une préapprobation et elle saura en janvier si le projet va de l’avant. Si c’est le cas, le rapport sera remis dans deux ans.  

En plus de régler le problème d’érosion, la municipalité veut améliorer sa promenade qui longe la plage de l’Anse-aux-Coques. « On veut remodeler le visage du secteur de l’anse. Peu importe l’aménagement que l’on va faire, on veut l’intégrer. On veut aussi régler la problématique de circulation et de stationnements. Il manque de stationnements dans le secteur et ce n’est pas toujours sécuritaire. Il y aurait potentiellement une piste cyclable », affirme Maïté Blanchette Vézina.  

Le projet comprend aussi le prolongement de la promenade jusqu’au quai pour intégrer le secteur du marché public.

Commentaires

9 octobre 2020

Nicole Fournier

Je suis en accord avec le projet. Mais qui a-t-il de prévu pour améliorer la visibilité de l’accueil du secteur Luceville.? Une suggestion car on se sent un peu négligé sur ce point de vue........ Des jardinières sur les deux principaux artères ne serait pas à ignorer, je crois. Merci de votre écoute.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média