Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

11 décembre 2020

L’école secondaire en temps de pandémie : une prison?

LETTRE OUVERTE

Classe

©Photo archives - L'Avantage Rimouski

Le passage au palier d'alerte maximale a entraîné des changements dans les écoles, particulièrement pour les élèves du secondaire.

PAR UN ÉLÈVE DE 5E SECONDAIRE - Depuis maintenant près de neuf mois, la COVID-19 est partout à travers le monde. Tous les États sont actifs pour trouver une solution à cette pandémie mondiale. Depuis des mois, nous faisons des efforts pour éradiquer ce virus. Les gouvernements et la santé publique établissent des plans pour « aplanir » la courbe de contagion du virus. Malgré les consignes, restrictions et mesures sanitaires appliquées, le virus ne cesse de prendre du terrain. Ces mesures sanitaires sont strictes, mais ont-ils toujours un sens moral et critique? Malheureusement non!

Ces restrictions sont prises pour nous protéger, même s’il est difficile de les respecter. Aujourd’hui, 9 décembre, était la première journée d’école en temps de zone rouge pour les élèves du Paul-Hubert. La décision de la santé publique vient avec des changements drastiques qui ne plaisent à personne.

En effet, les élèves sont obligés de porter le masque en tout temps dans les classes et sur le terrain de l’école. En plus, les élèves n’ont plus l’opportunité de sortir de la classe durant les pauses. Pour ce qui est du dîner, ils n’ont pas le droit à un lunch chaud et doivent manger leur sandwich au jambon dans la classe en restant assis à leur place.

Pour ceux et celles qui ont le besoin naturel de bouger et de sortir, il y a toujours l’option de sortir de l’établissement sur l’heure du dîner, mais ils doivent rester à l’extérieur de l’école pour l’heure du dîner au complet! Les cours d’éducation physique sont le seul moment où nous pouvons sortir de la classe et nous devons garder notre masque pour jouer au basket! Ces restrictions sont respectées par les élèves, mais ce qui crève le plus le coeur des élèves c’est le contact interpersonnel.

Imaginez-vous, à 14-15-16-17 ans, vous ne pouvez pas voir vos amis la fin de semaine, vous ne pouvez pas voir vos amis à l’école, vous ne pouvez plus pratiquer votre sport, alors qu’est-ce qu’il vous reste? Que faites-vous? Vous allez jouer au hockey à la patinoire du coin? Non, ça aussi c’est interdit…

À tous les adultes de plus d’une quarantaine d’années qui voient les adolescents comme des bons riens, pourquoi ne pas venir essayer une journée à l’école avec votre masque six heures de temps dans une classe seulement et un petit sandwich au jambon pour dîner?

C’est fâchant, je vous l’assure, mais nous le faisons et aussi impressionnant que cela peut être le taux de décrochage n’est pas plus haut qu’une autre année scolaire au Québec. Nous ne sommes plus dans un établissement où il est propice d’étudier, nous sommes dans une « prison ».

Un élève de 5e secondaire qui souhaite que la mentalité des gens envers les ados change.

Commentaires

13 décembre 2020

Amélie Graveline

Je suis une élève de secondaire quatre à Gatineau et je ne pourrais pas être plus d’accord. La baisse de motivation durant ces temps est très réelle.

19 décembre 2020

Anonyme

Je suis totalement d'accord je n'ai plus aucune motivation à aller à l'école... Le terme prison démontre parfaitement comment est l'école en ce moment il faut que ça change! Mettez vous à notre place le sociale est hyper important on est des ados c'est facile de dire ça plait a personne les règles mais toi a 40 ans ta vécu ton adolescence, t'as vécu tes expériences bin nous les moments qu'on perd à cause du covid jamais on va pouvoir les reprendre!! Pensez-y

19 décembre 2020

Omar kobaa

C’est très lent démotivant et plat comme année

19 décembre 2020

Jocelyne Bibeau

Vous faites preuve de courage et de résilience. Vous êtes des exemples à suivre. Même avec une motivation composée parfois de hauts et de bas vous continuez à construire votre vie. Vous êtes une génération forte qui s'investira dans le collectif et la collaboration. En d'autres mots les sages du maintenant et de demain. MERCI !

20 décembre 2020

anonyme

je ne suis pas d'accord avec le fait de porter un masque au cour d'éduc. notre prof nous les fait enlever

20 décembre 2020

Alice Chapron

je suis élève en secondaire trois à barthélémy-joliette. je suis totalement daccord il y a de plus en plus de décrochage et une grande baisse de motivation dans les écoles secondaires

20 décembre 2020

Anonyme

J’suis d’accord nous ont peut même pas manger a l’intérieur et le nombre de fois que je vois des prof le faire mais nous ont peut pas c’est dure honnêtement et j’ai plu de motivation

21 décembre 2020

Sylvie Grenier

Chers ados qui vous croyez en prison dans votre école... je crois que vous avez jamais visité un prisonnier. Et pour vous encourager à persévérer, je vous suggère d'aller passer une journée dans un hôpital ou CHSLD et être obligé de porter tout un équipement de protection et ce sans même prendre le temps de manger pour sauver un patient atteint du virus.

21 décembre 2020

Anonyme

Je vous avou je ne suis pas très motivé à l’école mais maintenant avec la pandémie c’est pire j’avais des notes de passage maintenant je n’est plus aucun plaisir plus rien on ne peux plus sasir ni respirer comme il faut et mes notes son très base je ne passe plus nul part plus aucune motivation plus rien mais personne a l’aire de vraiment sans sousie

25 décembre 2020

Audrey

J'approuve. Je suis en secondaire 4 et depuis la pandémie je suis de moins en moins motivé, mes notes sont de plus en plus basse et j'échoue quelques matière (se qui ne m'est jamais arrivé auparavant). J'ai l'impression qu'il y a de plus en plus de difficultés au niveau de l'apprentissage chez la majorité des adolescents, beaucoup comme moi échoue et on ne sait plus vraiment quoi faire..

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média