Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

18 décembre 2020

Aller à l’épicerie est devenu un cauchemar!

LETTRE OUVERTE

Aide alimentaire

©Photo Hebdo Rive Nord-archives

En zone rouge, on recommande qu'une seule personne par ménage se rende à l'épicerie.

PAR CÉLINE LABBÉ - Nous sommes un couple de 73 ans. Non seulement nous avons l’habitude de faire notre épicerie ensemble, mais presque toutes nos sorties, nous les faisons ensemble. Il est très rare que nous sortons séparés l’un de l’autre. Nous ne sortons pas souvent, seulement pour quelques commissions essentielles, quelques rendez-vous importants (hôpital, salon de coiffure, dentiste).

Avant la COVID, nous allions quelques fois au cinéma et de temps en temps au restaurant. Deux ou trois fois par année, nous allions à Sherbrooke et à Québec visiter notre famille. Depuis le mois de mars, nous n’allons plus au cinéma ni manger dans les restaurants. Nous nous privons de recevoir et d’aller voir notre famille à Sherbrooke et à Québec. Le seul loisir que nous nous permettons est d’aller marcher dehors.

Faire notre épicerie ensemble était aussi l’un de nos rares loisirs. Mais, au mois de mars, on nous a interdit cette activité de couple. Pendant plusieurs mois, nous avons obéi à cette exigence administrative. J’allais reconduire mon conjoint (qui ne conduit pas) à l’épicerie et je l’attendais patiemment dans l’auto, pendant qu’il faisait l’épicerie.

Puis, je suis devenue de moins en moins patiente de ne plus être capable de choisir moi-même ce que j’aime manger. Alors, nous avons commencé à « tricher » et à entrer séparément, à distance, dans les supermarchés comme deux « célibataires ». Puis, nous nous rejoignions à l’intérieur. Nous avons fait cela jusqu’à ce qu’on nous avertisse à nouveau. Mais là, ma colère est sortie, malgré moi!

Je comprends que la COVID, c’est sérieux. Mon conjoint et moi, nous nous plions aux exigences sanitaires. Nous acceptons de nous laver les mains, de porter notre masque et de respecter la distanciation et le confinement. Nous sommes pas mal confinés. Nous ne voyageons plus, nous n’allons plus au restaurant ni au cinéma. Notre seule sortie de la semaine est l’épicerie.

Je comprends aussi qu’à l’épicerie, il est important de restreindre le nombre de membres de la famille et de ne pas emmener toute la marmaille d’enfants. Mais, quand un couple âgé comme nous qui avons des goûts différents et qu’il est important que chacun de nous choisisse ses aliments, c’est inhumain de les empêcher de faire leur épicerie ensemble. Il est important que nous prenions ensemble des décisions sur certains choix d’aliments à acheter.

Nous ne sommes pas une famille traditionnelle avec des enfants où ce n’est qu’une seule personne qui prépare les repas et décide pour toute la famille ce qu’elle doit manger. Nous sommes un couple âgé avec des goûts différents. Lui aime cuisiner et manger certains repas, moi j’aime cuisiner et manger d’autres repas. Parfois c’est lui qui prépare le repas, parfois c’est moi, parfois nous préparons le repas ensemble et parfois nous préparons chacun notre repas. Lui aime les saucisses, les tortellinis et les aubergines, moi j’aime les cuisses de poulet, le foie de veau et les épinards. Nous n’aimons pas les mêmes pains ni les mêmes fromages, ni les mêmes yogourts, etc.

Alors, mesdames et messieurs les administrateurs, les décideurs et tous ceux qui font appliquer les consignes, si vous voulez nous souhaiter un joyeux temps des Fêtes, assouplissez vos règles rigides et inhumaines, ayez un peu de compréhension et d’humanité et accueillez-nous avec un grand sourire, bienveillance, douceur et respect. Épargnez-nous de vivre encore ce cauchemar qu’est devenu le moment de faire l’épicerie de la semaine!

Céline Labbé, Rimouski

Commentaires

18 décembre 2020

Micheline Emond

Merci madame..Il était temps que quelqu'un se lève debout pour faire aboutir ce règlement de fou.

18 décembre 2020

Carmen Barrette

Je suis tout à fait d’accord, pis de plus on doit se « les geler » pour qu’il n’y ait pas trop de monde en même temps. Ça fini quand même par s’engorger lorsqu’il s’agit de faire la queue, de suivre les maudites flèches sur le plancher (pis il faut savoir qu’on n’a pas toujours besoin d’aller dans une de ces allées). Plus de social pantoute quoi! Juste le sourire d’une caissière qua d elle n’est pas bousculée par le nombre de clients.

18 décembre 2020

Claude-André Cloutier

Je peux comprendre qu’il peut être difficile et plate de ne plus pouvoir avoir nos activités quotidiennes, mais il semble un peu exagéré de parler ici que d’aller faire son épicerie est maintenant un cauchemar. En tout respect, je crois qu’il y a beaucoup de gens qui sont dans la misère et qui souhaiteraient grandement vivre votre ‘’cauchemar’’. Il me semble que faire deux listes d’épicerie ou de faire votre épicerie séparément pourraient être des "solutions".

18 décembre 2020

Mimi Duchesne

Parfaitement d’accord avec M Cloutier. On ne vous demande pas l’impossible et les quelques efforts que nous devons TOUS fournir ne sont rien face aux problèmes que causent le virus. Je pense que nous vivons dans une société choyée et ce n’est que pour un certain temps que nous devons faire quelques sacrifices. Heureusement, vous n’avez pas de maladie et vivez ensemble. N’est-ce pas l’essentiel?

18 décembre 2020

Madeleine Comtois

On est en pandémie Seigneur on a des règles à respecter point final

18 décembre 2020

Alie Goe

. Il y a des solutions à votre ‘ cauchemar’. Il faut penser à l’impact de la surcharge des hôpitaux. Pensez au cauchemar des patients atteints de cancer qui ne peuvent être traités

18 décembre 2020

Roxane Nadeau

Je vous invite à choisir votre épicerie en ligne à deux. Et si vous n'avez pas d'ordinateur, faites-en l'apprentissage en couple. La fin du cauchemar se pointera vite à l'horizon.

18 décembre 2020

DANIEL GAGNON

On comprends tous que nos habitudes sont bousculé... Mais INHUMAIN pour moi c'est de ne pas pouvoir faire son épicerie, être seule à la maison, ne pas avoir d'aide pour ses repas. Si tout le monde respectait une personne par famille nous ne serions pas à attendre à l'extérieur par ce qu'il y a trop de monde à l'intérieur. svp si vous arrêtiez de tout retourner à nos petits besoins personnel il me semble que la situation irait mieux.... Tout le monde devrait faire les efforts demandées Regardez plus tôt la chance que vous avez de vivre dans un pays comme le notre... faire un effort et s'adapter ce n'est pas INHUMAIN

10 février 2021

Denise Richer

Ce matin moi et ma soeur agée nous sommes allée au super C à St-Hyacinthe et pour la première fois depuis 1 ans nous sommes fait refuser le droit de rentrer . Le pire même des couples dans la même bulle aussi, je trouve ça ridicule . C'est après tout ce temps que la loi est appliquée.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média