Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

23 décembre 2020

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Mission 100 tonnes devient Mission 1 000 tonnes

DÉCHETS MARINS

Lyne Morissette, de Sainte-Luce, et Jimmy Vigneux sont les initiateurs du projet « Mission 100 tonnes ».

©Photo Gracieuseté

Lyne Morissette, de Sainte-Luce, et Jimmy Vigneux sont les initiateurs du projet « Mission 100 tonnes ».

On peut dire mission accomplie pour l’initiative citoyenne et environnementale « Mission 100 tonnes ». L’objectif est maintenant de retirer 1 000 tonnes de déchets des cours d’eau.

L’initiative est partie du Bas-Saint-Laurent et elle est maintenant d’ampleur mondiale. La spécialiste en écosystèmes marins de Sainte-Luce, Lyne Morissette, est derrière « Mission 100 tonnes ». Elle a démarré le projet, il y a deux ans, avec le montréalais Jimmy Vigneux.

« C’est un défi qui vise à changer nos habitudes. Quand on a les deux mains dedans, on se rend compte de l’ampleur du problème. Nous faisons tout ça dans une structure très conviviale. Nous sommes là pour partager les bons coups et inspirer les gens à faire une différence en se disant que chaque petit geste s’accumule », indique la cheffe scientifique de la « Mission 100 tonnes ».

Au départ, Lyne Morisette et Jimmy Vigneux voulaient retirer 10 tonnes des cours d’eau du Québec. Grâce à un engouement sur les réseaux sociaux, le défi a été relevé en 75 jours et il est devenu « Mission 100 tonnes ». Deux ans plus tard, le défi est encore une fois réussi. Plus de 500 nettoyages ont été effectués au Québec et ailleurs dans le monde. Le poids des déchets amassés a été cumulé pour atteindre les 100 tonnes.

« Nous utilisons la même méthode en créant la ‘‘ Mission 1 000 tonnes ’’. C’est un gros défi. Pour y arriver, il va falloir ajouter des bénévoles et des initiatives. C’est un modèle qui plaît aux gens parce qu’ils se sentent inspirés et qu’ils peuvent faire une différence. Les gens commencent à apporter la ‘‘ Mission 100 tonnes ’’ avec eux quand ils voyagent », affirme Mme Morissette.

La mission a des ambassadeurs en Australie, en Amérique latine et en Afrique de l’Ouest. Avec la « Mission 1 000 tonnes », Lyne Morissette veut étendre le projet partout dans le monde. « C’est chaque petit geste individuel de gens qui ont pris une marche en ramassant sur le rivage et qui nous le partage. Les histoires en inspirent d’autres et ça fait une vague. Ce n’est pas grave si c’est juste deux kilos. Ultimement, ça s’additionne et ça fait une différence parce que tout le monde travaille ensemble », dit-elle.

Selon Lyne Morissette, le projet ne se limite pas au nettoyage des berges. Il nécessite aussi la mise en place d’initiatives pour réduire la consommation de plastique. « Peu importe le projet, quand on atteint notre objectif c’est une grande fierté. Par contre, quand on y réfléchit, on a atteint l’objectif de ramasser beaucoup de déchets. C’est en même temps un constat qu’il y en a vraiment beaucoup et que c’est relativement facile de les ramasser », exprime-t-elle.

Madame Morissette remarque que les jeunes sont de plus en plus conscientisés à la cause environnementale. Elle veut travailler dans l’objectif de leur donner les moyens de prendre soin de la planète.

« Les jeunes sont des éponges. On doit leur donner les bons exemples et les inspirer avec des choses comme ça. Quand ils ont l’audace d’embarquer, et de plus en plus ils le font, il faut leur ouvrir les portes parce qu’elle est à eux cette planète-là. Quand je les vois, ça me donne espoir pour la suite des choses. En même temps, je trouve dommage qu’on leur laisse ces enjeux-là », conclut la biologiste.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média