Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

12 janvier 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Un premier album pour Marianne Gavin

UN RÊVE QUI SE CONCRÉTISE

L’artiste émergente Marianne Gavin vient de lancer son premier album. La Montréalaise a des racines rimouskoises.

©Photo Gracieuseté

L’artiste émergente Marianne Gavin vient de lancer son premier album. La Montréalaise a des racines rimouskoises.

La Montréalaise Marianne Gavin a lancé son premier album composé de cinq pièces bilingues originales le 31 décembre. L’artiste émergente a des racines rimouskoises et est très attachée à la région.

L’auteure-compositrice-interprète a produit son premier album, « Jungle », de manière indépendante. Elle rêvait depuis longtemps de concrétiser ce projet.

« Ça faisait toujours partie de mes rêves de sortir cet album. C’est certain que c’est plus difficile de faire ça seule avec les contacts qui manquent en début de carrière. En plus, la pandémie a retardé les choses. Comme je l’ai fait avec la collaboration d’un ami dans un studio maison, j’ai pu le sortir. Je suis vraiment contente », exprime Marianne Gavin.

Le défi est grand pour l’artiste émergente qui souhaite percer sur la scène montréalaise, surtout en temps de pandémie.

« Il y a tellement d’artistes. Les genres émergents sont très différents en ce moment. Il y a beaucoup d’occasions, mais tout le monde les veut. C’est dur de faire sa place. J’ai fait cet album-là pour moi aussi. Dès que j’ai commencé ce projet, ça me passionnait et ça compensait pour toutes les choses négatives de l’année 2020. Ça m’a fait du bien pendant la pandémie et je suis contente de pouvoir le partager », affirme-t-elle.

En plus de chanter, la jeune femme de 28 ans joue de la guitare et du ukulélé. Elle qualifie son style d’indie pop folk. Son premier album contient des pièces anglophones et francophones.

« C’est acoustique, il y a beaucoup d’instruments comme la guitare, le ukulélé, le piano. On a aussi ajouté des percussions. Nous nous sommes inspirés de voyages pour permettre aux gens de s’évader. C’est une musique accessible qui, je pense, s’écoute bien. Ça peut plaire à des gens de toutes les générations », mentionne l’artiste.

Marianne Gavin n’est pas née à Rimouski, mais ses parents viennent de l’endroit. Des membres de sa famille y habitent d’ailleurs encore. Elle veut donc partager son premier album avec les Rimouskois. « Rimouski occupe une grande place pour moi. Ça me fait du bien de savoir que je peux partager mon projet avec mes racines », conclut la jeune femme.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média