Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

20 janvier 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Un village miniature pour briser la solitude

UN TRAVAIL DE 25 ANS

André Pelletier a créé un village miniature qui présente des maisons de Cabano et de Rimouski.

©Photo Gracieuseté

André Pelletier a créé un village miniature qui présente des maisons de Cabano et de Rimouski.

Un homme de Lévis a fabriqué un village miniature inspiré de Cabano, sa ville natale, et de Rimouski, où il a habité pendant près de 35 ans. Sa création lui a remémoré des souvenirs d’enfance, cette année, pendant un temps des Fêtes plus difficile en raison du confinement.

Alors qu’il était plus jeune, André Pelletier sortait son village pour Noël et il y ajoutait quelques petits détails. Un travail échelonné sur 25 ans dont l’homme de 75 ans est fier. Les maisons tiennent chacune sur une petite maquette et elles racontent toutes une histoire.

« J’ai fait une érablière, une crèche, un terrain de jeux et une douzaine de maisons. Les cordes de bois sont là, les clôtures et la boucane des cheminées de chacune des maisons aussi. Il y a des piscines et des autos pour les maisons plus fortunées », explique André Pelletier.

Le village miniature représente la vie à Cabano alors que monsieur Pelletier était enfant. Certaines maisons sont aussi inspirées de l’époque où il vivait à Rimouski. André Pelletier y a habité pour travailler à l’hôpital comme préposé et comme infirmier auxiliaire.

« Chaque année, je le sortais et j’en rajoutais. L’année du verglas, j’en ai fait une. J’ai représenté les poteaux de téléphone tombés, les fils par terre et les clôtures pleines de glace. Le plus gros du travail a été fait quand j’habitais à Rimouski », dit-il.

André Pelletier ne sortait plus son village dans les dernières années, mais il a décidé de le monter cette année. En deuil de sa femme depuis 18 mois, le Lévisien a trouvé le temps des Fêtes particulièrement difficile avec le confinement. Son village lui a apporté un peu de réconfort et lui a permis de se remémorer de bons souvenirs et de passer le temps.

« Je me demande encore comment j’ai fait pour faire ça. Je l’expose dans mon sous-sol. Je viens d’une famille d’artistes. Ma sœur fait de la peinture, mon père était toujours en train de dessiner quelque chose et un de mes frères fait des sculptures. Nous aimons ça. Si j’avais plus de place chez moi, je pourrais ajouter des maisons à mon village. J’ai encore des idées », affirme le septuagénaire.

André Pelletier aimerait un jour exposer son œuvre. Il serait prêt à le léguer à un organisme.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média