Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

25 janvier 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Les aînés du Bas-Saint-Laurent demandent plus de soutien du gouvernement fédéral

AIDE FINANCIÈRE

Les députés fédéraux Kristina Michaud et Maxime Blanchette-Joncas appuient trois organismes pour aînés qui viennent de lancer une punition.

©Photo Gracieuseté

Les députés fédéraux Kristina Michaud et Maxime Blanchette-Joncas appuient trois organismes pour aînés qui ont récemment lancé une pétition.

Trois organismes qui représentent les aînés et les deux députés fédéraux de la région ont lancé une pétition, la semaine dernière. Ils veulent que le gouvernement fédéral améliore son aide aux personnes âgées.

Les aînés du Bas-Saint-Laurent se considèrent comme les grands oubliés de la pandémie. Le Carrefour 50 + du Québec, la FADOQ et la Table de concertation des aînés du Bas-Saint-Laurent demandent une hausse de la pension de la Sécurité de la vieillesse. Ils veulent aussi des programmes pour briser l’isolement, particulièrement dans les régions mal desservies par Internet.

« Nous ne demandons rien de moins que le gouvernement mette en œuvre sa promesse électorale de 2019 en rehaussant minimalement de 10 % le montant des prestations de la Sécurité de la vieillesse. En 2021, les montants de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément du revenu garanti représenteront un revenu annuel d’environ 18 413 $. Au Bas-Saint-Laurent, 6 personnes sur 10 devront vivre avec aussi peu », indique le président de la FADOQ Bas-Saint-Laurent, Gilles Noël.

Monsieur Noël déplore que les aînés n’aient reçu qu’une aide maximale de 500 $ depuis mars alors qu’une grande proportion de la population a obtenu du soutien fédéral en ces temps de pandémie. Le président du secteur Rimouski-Neigette du Carrefour 50 + du Québec, Richard Rancourt, s’inquiète de l’isolement que subissent les aînés depuis le début de la pandémie.

« Les clubs des 50 ans et les organismes d’aide aux personnes aînées ont dû arrêter leurs activités depuis mars dernier. Le nombre de leurs membres diminue de façon importante. Ils doivent toujours assumer des coûts fixes pour leurs locaux et ils devront sans doute faire appel à des professionnels pour relancer les clubs et le bénévolat. Peut-on envisager un montant à titre de compensation pour payer ces frais? », questionne-t-il.

Le député Maxime Blanchette-Joncas, qui parraine la pétition, souligne que les programmes fédéraux qui s’adressent aux aînés ratent la cible en misant sur les nouvelles technologies pour briser l’isolement.

« Le Bas-Saint-Laurent figure en queue de peloton au Québec quant au taux de branchement à Internet et les aînés ne sont pas tous à l’aise avec les technologies. Il est incohérent de ne miser que sur ces moyens pour atténuer la solitude forcée des personnes âgées. Ottawa doit donc adapter ses programmes pour ne pas créer deux catégories arbitraires d’aînés », explique le député de Rimouski-Neigette - Témiscouata - Les Basques.

La pétition est en ligne sur le site de la Chambre des communes.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média