Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

11 février 2021

Communiqué L'Avantage - redactionrimouski@lexismedia.ca

Les syndicats d’enseignants de la région demandent un meilleur accès à Internet

ÉCOLE À DISTANCE

Connexion Matawinie

©Photo gracieuseté - L'Avantage Rimouski

Les syndicats déplorent que certains élèves et étudiants ne disposent pas de tous les outils essentiels pour l’enseignement à distance pendant la pandémie.

Les différents syndicats d’enseignants de la région dénoncent une iniquité pour les jeunes quant à l’accès à Internet haute vitesse. Ils demandent au gouvernement fédéral d’agir.

Le Syndicat de l’enseignement de la région de la Mitis (SERM), le Syndicat de l’enseignement du Grand-Portage (SEGP) et le Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Rimouski (SEECR) sont appuyés par les députés fédéraux Maxime Blanchette-Joncas et Kristina Michaud dans leurs démarches. Ils déplorent que certains élèves et étudiants ne disposent pas de tous les outils essentiels pour l’enseignement à distance pendant la pandémie.

« Cela pose un sérieux problème pour les élèves qui doivent suivre de l’enseignement à distance et pour les enseignants qui doivent le dispenser. La pandémie a mis en perspective cette grave lacune au Bas-Saint-Laurent. On peut même affirmer qu’Internet haute vitesse est devenu un service essentiel pour l’égalité des chances en éducation et que malheureusement des élèves en payent le prix », affirme la présidente du SEGP, Natacha Blanchet.

Les syndicats disent que malgré les consignes sanitaires qui imposent un confinement, des jeunes ont dû se réunir dans des lieux desservis par Internet.

« Ce que nous dénonçons depuis tant d’années ne peut plus être ignoré. Après avoir nui considérablement à nos entreprises, la négligence d’Ottawa en matière de télécommunications risque maintenant d’hypothéquer le parcours de milliers de jeunes. Le Bas-Saint-Laurent demeure la région la moins bien desservie par Internet au Québec », exprime le député de Rimouski-Neigette - Témiscouata - Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas.   

Les députés Blanchette-Joncas et Michaud réclament qu’Ottawa cède à Québec les sommes prévues pour le branchement à Internet haute vitesse sur son territoire afin de régler rapidement et une fois pour toutes ce problème.

« Le rapport de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement publié cette semaine est alarmant. Le taux d’échec en français et en mathématiques au secondaire a presque doublé par rapport aux années précédentes. Un étudiant sur cinq échoue en français et en mathématiques, c’est un sur quatre. Ottawa ne doit accorder des subventions qu’aux entreprises de télécommunication qui acceptent de brancher 100 % du territoire », insiste la députée d’Avignon - La Mitis - Matane - Matapédia, Kristina Michaud.

« L’accès à un réseau Internet haute vitesse dans l’ensemble des régions de l’Est-du-Québec est indissociable de la question de l’accessibilité aux études supérieures. Il s’agit ici de donner à tous des chances égales de réussir leur projet d’études », ajoute la responsable de la coordination et des pratiques syndicales au SEECR, Marie-Josée Boudreau.

Commentaires

11 février 2021

gervais

la concurence alors,,,, il faut qu'avec cette acces vienne la concurence dans les prix!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média