Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

11 février 2021

Quel avenir désirons-nous comme collectivité pour nos enfants?

LETTRE OUVERTE

DPJ

©Photo depositphotos.com - Archives

« Il est vrai qu’il est inacceptable de croire qu’en 2021 il y a encore des milliers d’enfants au Québec qui sont en grande détresse physique, psychologique et émotionnelle, mais malheureusement c’est la triste réalité. »

PAR ÉRIC ST-LAURENT - Tout d’abord, je tiens à offrir mes plus sincères condoléances aux proches, aux familles et aux collègues de la DPJ qui vivent actuellement de grandes peines, à la suite du départ précipité de deux jeunes professionnelles ayant travaillé pour la Direction de la protection de la jeunesse de Montréal.

On pourrait dire qu’encore une fois, la DPJ est frappée par un autre drame et c’est plus que vrai, mais aujourd’hui par ce mot je veux souligner l’autre côté de la médaille, soit le courage, la passion, le professionnalisme et la détermination de tout le personnel œuvrant en protection de la jeunesse. Ils sont présents dans le quotidien pour ces milliers d’enfants et leurs familles à vouloir mettre tout en œuvre pour améliorer leur bien-être.

Ces enfants, ces parents qui vivent de grandes difficultés sur le plan physique, psychologique et émotionnel qu’on ne peut estimer tellement que cette souffrance est importante dans leur quotidien. Il faut savoir que ces milliers d’enfants n’ont pas choisi de naître dans un milieu dysfonctionnel et problématique. Ils ont alors besoin bien malgré eux de ces excellents services du personnel de la protection de la jeunesse.

Trop souvent dans notre société d’aujourd’hui, on tente de mettre en lumière ce qui ne va pas, de prendre en défaut les personnes, de faire ressortir l’exception. Il est vrai qu’il est inacceptable de croire qu’en 2021 il y a encore des milliers d’enfants au Québec qui sont en grande détresse physique, psychologique et émotionnelle, mais malheureusement c’est la triste réalité et c’est pour cela que nous devons nous en préoccuper et nous en occuper en priorité.

Au quotidien, ces milliers de personnes travaillant en protection de la jeunesse côtoient cette misère humaine, mais grâce à leur goût du dépassement et l’intérêt premier qu’il porte pour l’enfant et sa famille, ils réussissent avec plusieurs partenaires, entre autres les parents et les enfants, à améliorer leurs conditions de vie au quotidien.

Pouvons-nous maintenant souligner à juste titre toutes ces réussites, ces succès et reconnaître l’excellence de ces personnes qui ont toutes un but commun, soit d’assurer une meilleure vie au quotidien pour ces milliers d’enfants et leurs familles pour ainsi leur permettre, comme tout citoyen mérite, un avenir prometteur dans notre société.

Combien de drames d’enfants et de travailleurs travaillant auprès de ceux-ci notre société aura besoin pour mettre enfin dans nos priorités individuelles et collectives l’avenir de nos enfants au Québec qui, rappelons-le, est aussi l’avenir de notre société de demain étant nos futurs parents, travailleurs…

Pour conclure, je m’adresse à chacun d’entre vous, nous pouvons faire la différence pour ces milliers d’enfants et cela commence par une réflexion profonde sur l’importance qu’on va accorder comme individu et comme collectivité à ceux-ci. Cela doit se traduire dans le quotidien par des actions concrètes comme celles réalisées par ces milliers de travailleurs travaillant auprès de ces enfants et familles et qui ont de grands besoins à combler dans leur vie. Il est grand temps de se réveiller et ça commence aujourd’hui. N’attendons pas un autre drame!

D’un ancien intervenant, gestionnaire en DPJ passionné et décidé à offrir un avenir meilleur à nos enfants!

Éric St-Laurent
Rimouski

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média