Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

11 février 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Un conseil des mairesses dans La Mitis

LES FEMMES À L'HONNEUR

Maïté Blanchette Vézina

©Photo Gracieuseté

La mairesse de Sainte-Luce, Maïté Blanchette Vézina.

Les élus de la MRC de La Mitis forment désormais le conseil des mairesses. La décision vient d’être adoptée pour rendre hommage aux femmes en cette année d’élections municipales.

Le conseil des mairesses de la MRC de La Mitis compte quatre femmes sur 16 élus, soit les mairesses de Sainte-Luce, Maïté Blanchette Vézina, de Métis-sur-Mer, Carolle-Anne Dubé, de La Rédemption, Sonia Bérubé, et de Les Hauteurs, Gitanne Michaud.

« Depuis les débuts de la MRC, il y a une trentaine d’années, ça a toujours été le conseil des maires. À l’époque, il n’y avait pas beaucoup de femmes, mais à travers les années il y en a qui se sont ajoutées. En ce moment, les femmes sont représentées à 25 %, mais ça reste que les femmes représentent 50 % de la population », mentionne le préfet de la MRC, Bruno Paradis.

Dans l’objectif de se moderniser, le conseil des maires de la MRC a décidé, en début d’année, de changer de nom pour s’appeler le conseil de MRC. Le préfet a proposé de le nommer, de façon symbolique, le conseil des mairesses pour l’année 2021.

« C’est pour rendre hommage aux femmes qui sont passées sur le conseil et pour reconnaître ceux qui ont défriché le terrain. Il n’y a même pas 100 ans, les femmes n’avaient pas le droit de vote et elles ne pouvaient avoir de propriété. Dans les dernières années, ça a évolué. Nous voulons honorer ceux qui ont pavé la voie à ce que l’on a aujourd’hui », exprime Bruno Paradis.

Monsieur Paradis souhaite que ce geste pousse plus de femmes à se lancer en politique municipale lors des élections de l’automne prochain. « Les femmes ont généralement une approche différente. C’est une question de démocratie, ça prend plus de femmes, plus de jeunes et des personnes de tous les horizons. Pour avoir un meilleur pouls de la société, ça prend de la diversité. Les femmes sont la démonstration la plus claire de la diversité », dit-il.

Pour arriver à la parité, il faut toutefois modifier le modèle actuel et mettre en place des incitatifs pour attirer les jeunes et les femmes, aux dires de Bruno Paradis. Il serait notamment important d’augmenter les salaires et d’ajuster les horaires pour favoriser la conciliation travail-famille, selon lui.

« Il va falloir changer nos façons de faire. Ce sont des horaires pour les hommes et les retraités.  Avec des rencontres à 7 h le soir, les hommes ne s’occupaient visiblement pas de coucher les enfants. Pour démocratiser l’accès, il faut s’assurer qu’il n’y a pas d’obstacles pour personne », conclut le préfet.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média