Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

16 février 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Une intégration réussie à Rimouski

MOIS DE L'HISTOIRE DES NOIRS

Lenine Nankassa Boucal est le porte-parole du Mois de l’histoire des noirs au Bas-Saint-Laurent.

©Photo Gracieuseté Michel Dompierre

Lenine Nankassa Boucal est le porte-parole du Mois de l’histoire des Noirs au Bas-Saint-Laurent.

Le Mois de l’histoire des Noirs est souligné au Bas-Saint-Laurent avec des conférences virtuelles, en raison de la pandémie. Un Sénégalais bien intégré dans la communauté rimouskoise est porte-parole de l’événement cette année.

Lenine Nankassa Boucal habite au Québec depuis 13 ans et à Rimouski depuis six ans. Il est le coordonnateur et le fondateur du Cabaret de la diversité à Rimouski.

« Le bas du fleuve risque d’être pogné avec moi pour très longtemps. Le Bas-Saint-Laurent a réveillé en moi des souvenirs d’enfance. Du fleuve près duquel j’ai grandi au Sénégal jusqu’au fleuve Saint-Laurent, on dirait que l’eau suit son cours », dit-il.

Monsieur Boucal ne veut pas généraliser parce que, selon lui, chaque cas est unique. Pour sa part, l’intégration à la communauté rimouskoise a été un succès.

« Si l’arbre qu’est le Cabaret de la diversité est ce qu’il est aujourd’hui et qu’il peut donner des fruits, c’est parce que le sol rimouskois et bas-laurentien était fertile pour lui permettre de s’enraciner. J’aurais pu avoir les idées les plus novatrices, s’il n’y avait pas eu de bénévoles pour réaliser ces projets, mes idées seraient demeurées vaines », affirme-t-il.

En octobre dernier, Lenine Nankassa Boucal a reçu le prix Charles-Biddle remis par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration pour souligner son engagement en tant que personne immigrée au Québec.

« Même si l’objectif n’est pas d’accumuler des prix, ça fait toujours du bien de voir son travail et ses efforts être reconnus. Ce qui me touche c’est que, même si c’est moi qui ai reçu le prix, c’est collectif. C’est pour toutes les personnes qui ont contribué à la réalisation de chacun des projets que je propose », explique-t-il.

Le Sénégalais d’origine remarque que des efforts sont faits dans la région pour favoriser l’ouverture à l’autre et l’accueil. « Quand on parle d’immigration, on parle plus de Montréal ou de Québec. C’est une façon de montrer qu’il y a ici aussi de la diversité culturelle, que des personnes noires habitent notre beau coin de pays pendant plusieurs années et qu’ils s’y sentent chez eux. Les régions ne sont pas réfractaires et fermées », exprime-t-il.

Un événement régional

Depuis l’année dernière, le Mois de l’histoire des Noirs est célébré régionalement au Bas-Saint-Laurent. Les huit MRC se réunissent pour offrir une programmation commune.

« C’est une première au Québec. À la suite de l’invitation du Cabaret de la diversité et de la Table de concertation en immigration, les MRC ont eu le génie d’accepter. C’est une occasion privilégiée de permettre les rencontres, les dialogues et la découverte de l’autre. L’histoire des Noirs est partie intégrante de l’histoire du Québec, c’est un pan de l’histoire socialement méconnu », explique Lenine Nankassa Boucal.

Une conférence sur la présence africaine au Québec et des témoignages de personnes noires qui se sont installées au Bas-Saint-Laurent sont notamment prévus le 19 et le 25 février. La programmation est en ligne sur la page Facebook du Mois de l'histoire des Noirs Bas-Saint-Laurent.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média