Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

22 février 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Une recherche pour garder les aînés dans leur communauté

VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION

Aînés, vieillissement population, personnes âgées.

©Photo Archives

Le Bas-Saint-Laurent est au second rang des régions les plus touchées par le vieillissement au Québec, après la Gaspésie.

Différents organismes bas-laurentiens s’unissent pour le maintien des aînés dans leur communauté. Une recherche régionale qui vise à documenter les meilleures pratiques sera proposée.

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent, l’UQAR, la Table de concertation des aînés du Bas-Saint-Laurent (TCABSL), le député Harold LeBel et la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) s’associent. Le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent assurera la coordination du projet.

« L’intégration de ce nouveau projet favorisera la cohésion et le croisement des pratiques visant l’épanouissement des aînés. Les innovations sont nécessaires pour trouver des solutions et le Bas-Saint-Laurent est prêt à les implanter », affirme le président de l’organisme, Bertin Denis.

Une programmation de recherche et de transformation des services sera proposée pour la période 2022-2026 avec différents projets qui seront adaptés à l’échelle des communautés rurales. Selon le CISSS, 25 % de la population du Bas-Saint-Laurent est âgée de 65 ans et plus. La région est au second rang des plus touchées par le vieillissement au Québec, après la Gaspésie.

« Les conditions démographiques qui prévalent au Bas-Saint-Laurent offrent une occasion unique d’étudier les initiatives qui ont été développées dans nos communautés pour favoriser la qualité de vie et le maintien des aînés dans leur milieu. La recherche pourra s’étendre aux meilleures pratiques ailleurs au Québec, au Canada et dans le monde afin de les présenter aux communautés qui souhaiteront les intégrer », souligne la présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo.

Les chercheurs de l’UQAR se pencheront sur les éléments clés des meilleures pratiques, les facteurs favorisant leur déploiement dans les communautés et la manière dont elles contribuent à prolonger le maintien des aînés dans leur milieu.

« Les connaissances qui émergeront de ce projet pourront profiter à l’ensemble de la communauté scientifique intéressée par le sujet. Cette contribution des chercheurs de l’UQAR permettra le développement et le déploiement d’outils complémentaires pour soutenir l’adaptation des milieux au vieillissement de leur population, un phénomène qui touche la plupart des sociétés occidentales », explique le recteur de l’UQAR, François Deschênes.

Pour le président de la TREMBSL, le fait que la recherche s’intéresse au milieu rural est extrêmement porteur pour le Bas-Saint-Laurent.

« Sur les 114 municipalités que compte la région, 48 ont moins de 500 résidants. Les aînés contribuent largement à la vitalité, à la richesse et au dynamisme de ces communautés. Il faut épauler les municipalités qui travaillent à adapter leur milieu de vie aux besoins de leurs citoyens qui avancent en âge. Je suis persuadé que cette recherche permettra de proposer des pistes de solution novatrices pour bonifier leur approche du vieillissement des communautés », souligne Michel Lagacé.

Cet exercice s’est structuré à la suite du colloque « Bien vieillir dans Rimouski-Neigette » qui s’est déroulé en octobre 2019.

Commentaires

24 février 2021

Odette Belzile

Bravo ...Assurons nous que des personnes âgées de plus de 60 ans participent à ces études.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média