Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

04 mars 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Journée internationale des femmes : plus d’acceptation

FAIRE SA PLACE

La présidente de l’Association des femmes d’affaires de Rimouski, Céline Guillemart, possède un centre d’entraînement pour femmes.

©Photo Gracieuseté

La présidente de l’Association des femmes d’affaires de Rimouski, Céline Guillemart, possède un centre d’entraînement pour femmes.

Même si elles font encore face à des défis, les femmes d’affaires font de plus en plus leur place dans la communauté rimouskoise. C’est le cas de Céline Guillemart qui est propriétaire d’un centre d’entraînement.

L’Association des femmes d’affaires de Rimouski (AFAR) profite de la Journée internationale des femmes, le 8 mars, pour rappeler qu’elle est bien présente pour ses membres. Le principal défi pour les entrepreneures demeure la conciliation travail-famille.

« Il faut se donner du temps soi-même dans notre vie de fou. Il y a toutes les choses quotidiennes à la maison. Il y a aussi les enfants », explique la présidente de l’AFAR, Céline Guillemart.

Malgré les défis, madame Guillemart remarque une plus grande acceptation et une plus grande ouverture dans la communauté pour les femmes d’affaires.

« Avec la nouvelle génération d’hommes, les plus jeunes sont beaucoup plus à même de comprendre et d’échanger des choses que l’on ne pouvait pas avant. C’est beaucoup mieux qu’il y a une quinzaine d’années. La femme a pris sa place et s’est affirmée. Je crois que les hommes ont réalisé que les femmes peuvent apporter quelque chose de différent. »

L’AFAR regroupe une soixantaine de femmes de Rimouski-Neigette. « L’important dans notre association, c’est que les femmes puissent se rencontrer. Nous créons des rencontres tous les mois. Le but est d’échanger et de partager les choses que l’on vit. Nous allons chercher toutes les femmes, peu importe qu’elles soient à la tête d’une entreprise ou au sein d’une entreprise, toutes les femmes d’influence », mentionne la présidente.

La pandémie n’a évidemment pas aidé la plupart des entrepreneures en 2020. Le fait de se regrouper entre femmes a aidé plusieurs d’entre elles. « Il y en a qui en arrache plus que d’autres. Dans mon cas, j’ai dû fermer mon gym cinq mois. Pour d’autres, cependant, ça va super bien. C’est le cas de celles qui vendent des maisons. Nous sommes là pour nous soutenir pendant ces temps-là et pour partager avec les autres », exprime madame Guillemart.

Un exemple de réussite

Céline Guillemart s’est installée à Rimouski en 2003. La Française d’origine a eu un coup de cœur pour la ville. Elle se dirigeait vers le domaine océanographique, mais a finalement décidé de lancer son entreprise Cé Slim, un centre d’entraînement physique pour les femmes.

« Quand je suis arrivée ici, j’ai monté un club d’escrime et pendant mes études j’ai travaillé dans les gyms. Lorsque les subventions ont été coupées dans la branche dans laquelle j’ai étudié, j’ai continué l’escrime et le sport. Par la suite, j’ai eu envie d’être ma propre patronne. C’est comme ça que j’ai démarré mon entreprise », affirme Céline Guillemart.

La propriétaire de Cé Slim ne regrette pas d’avoir quitté les sciences pour le sport et l’entrepreneuriat. « J’ai trouvé ma voie. Je me découvre au fil du temps. Je suis auprès des gens et je fais une différence pour leur santé », dit-elle.

Commentaires

4 mars 2021

Denis LeBlond

Bravo! Enfin ça commence à rentrer la notion de la journée internationale des femmes au lieu de la journée de la femme: le pluriel collectivise l'événement au lieu du singulier qui l'isole. Le pluriel en fait un événement social et politique tandis que le singulier en fait un événement de mise en marché genre démonstration Tupperware ou vendeur de brosse Fuller au même niveau que le Vendredi noir ou le Jour du retour de la Boîte (Boxing Day) .

5 mars 2021

Jacinthe Lavoie

Bravo Céline!!! Tu es belle à voir aller! Je ne savais pas que tu étais la présidente de l’AFAR. Félicitations pour ton implication dans ma région natale.

9 mars 2021

Martin D.

C'est bien sauf que... C'est un endroit sexiste d'où les hommes sont exclus ! Alors que les femmes, elles, ont envahie tous les espaces anciennement réservés aux hommes. De la chambre des joueurs de hockey jusqu'à utiliser de jeunes filles pour infiltrer les BOYS Scout. Certes j'aime bien le succès mais quand j'y vois de l'exclusion social, de la misandrie.

9 mars 2021

Leyla-Élise Couture

Martin D. Oui Cé Slim est en endroit réservé aux femmes, effectivement c'est une première dans le coin! Céslim C'est un environnement sécuritaire et sain, un ''safespace'' ou les femmes de toute les formes et de tout âges sont acceptés, sans jugement ! Justement c'est en grande partie le fait que c'est un endroit juste pour les femmes, qui fait que toutes s'y sentent à l'aise d'aller s'y entrainer. Je ne voit pas cela comme une exclusion mais une manière d'aider des femmes de tout genre, créant un bel esprit de groupe et de collectivité! Si cela fait qu'une femme qui n'aurais pas été au gym autrement s'y inscrit et améliore sa santé, alors la mission est réussie! Bravo Céline pour ton parcours à toi et ta belle équipe, tu fais une grande différence pour les femmes de Rimouski !

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média