Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

08 mars 2021

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

Encore des défis importants pour atteindre l’autonomie financière chez les femmes

JOURNÉE INTERNATIONALE DES FEMMES

Journée internationale des femmes

©Photo : Unsplash.com

Le revenu médian des Canadiennes est inférieur à celui des hommes, quel que soit le niveau de scolarité ou la région canadienne.

Selon le directeur Bas-Saint-Laurent et Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine chez Valeurs mobilières Desjardins, Michel Brisson, la majorité des Québécoises et des Canadiennes font toujours face à des inégalités économiques qui affectent leur autonomie financière.

Toutefois selon M. Brisson, il y a une embellie à l’horizon. « Les femmes qui se donnent un plan financier pour réaliser leurs ambitions et leur volonté à s’impliquer dans leur gestion financière ou celle de leur couple seront parmi celles qui contrôleront 42 % de la richesse au Canada en 2028. »

Avec l’augmentation significative du nombre de femmes sur le marché du travail au cours des dernières décennies, la richesse contrôlée par les Canadiennes est en constante croissance. Elle atteindra 42 % en 2028 (ou 3 200 milliards de dollars), comparativement à 35 % en 2016 (ou 1 400 milliards de dollars). Cette progression est également imputable aux actifs que les femmes recevront en héritage au Canada, un transfert estimé à 900 milliards entre 2016 et 2026.

Michel Brisson

©Photo : gracieuseté

Michel Brisson, directeur Bas-Saint-Laurent et Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine chez Valeurs mobilières Desjardins.

La gestion de patrimoine au féminin doit cependant composer avec des défis réels au Canada. Le revenu médian des Canadiennes est inférieur à celui des hommes, quel que soit le niveau de scolarité ou la région canadienne.

Ces écarts de revenu altèrent la capacité d’épargner des Canadiennes et font en sorte que leurs droits de cotisation REER (18 % du revenu imposable jusqu’à concurrence de 27 830 $ en 2021) sont moindres que les épargnants de sexe masculin. C’est en partie ce qui explique que le revenu de retraite moyen des femmes est d’environ à 80 % de celui des hommes. Cette tendance se reflète également sur les rentes du Régime de rentes du Québec.

Le niveau de revenu inférieur aux hommes conjugué aux retraits fréquents du marché du travail des femmes affecte la rente versée aux Québécoises par le RRQ. Ainsi, en 2017, les prestations du RRQ étaient en moyenne de 6 110 $ pour les femmes de 65 ans et plus, comparativement à 7 573 $ pour les hommes du même âge, soit un écart de plus de 19 %.

Michel Brisson rappelle le concept des trois P vers l’autonomie financière : planification budgétaire, planification de la retraite (connaissances liées aux régimes enregistrés) et la protection du patrimoine (aspects légaux). « Actuellement, seulement 23 % des femmes se disent impliquées dans la gestion de leurs finances. Un bon moyen pour améliorer ses connaissances est de se doter d’un plan financier personnalisé conjoint ou individuel », rappelle-t-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média