Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

15 mars 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

La Montée : dans la communauté depuis 50 ans

TRAITEMENT DES DÉPENDANCES

Montée

©Photo Gracieuseté

La Montée accueille environ 80 personnes par année pour des séjours de traitement des dépendances.

Le centre La Montée célèbre ses 50 ans cette année. Au fil des ans, l’organisme communautaire a aidé 2 000 personnes à traiter leurs dépendances.

Stéphane Picard travaille à La Montée depuis une vingtaine d’années. C’est à l’automne 2019 qu’il est devenu directeur général de l’organisme. Il travaille avec une équipe de 13 employés qui regroupe notamment des travailleurs sociaux, des éducateurs spécialisés et des infirmières. Il est fier de pouvoir aider des personnes à traverser des situations difficiles.

« Tous les matins, on se lève et on se dit qu’on peut accompagner les gens et les aider dans leurs démarches. Les gens viennent parce qu’ils ont un problème de dépendance, mais nous regardons tout ce qu’il y a derrière avec eux. Il y a souvent beaucoup d’événements difficiles et de la souffrance », explique Stéphane Picard.

La Montée vient principalement en aide aux citoyens du Bas-Saint-Laurent, mais le centre accueille aussi des gens de partout au Québec et du Nouveau-Brunswick. L’organisme offre des séjours de thérapie de trois semaines pour les 18 ans et plus afin de traiter les dépendances ainsi que des services de prévention pour tous les âges.

« Avec les années, nous avons acquis une bonne réputation. La thérapie que nous offrons est très intensive. Les gens ont des activités thérapeutiques le matin, l’après-midi et le soir », indique le directeur général.

La Montée est l’un des trois centres de traitement des dépendances au Bas-Saint-Laurent avec L’Arrimage, à Rimouski, et Le Tremplin, à Matane. La Montée, situé à Rivière-Ouelle, est aussi le seul des trois centres à accueillir des femmes pour des séjours à l’interne.

« Nous collaborons tous les trois. Nous avons des approches différentes et des spécificités. Ça arrive régulièrement que nous nous référions des personnes selon nos mandats. À La Montée, nous avons le mandat d’accueillir les joueurs excessifs, les gens qui jouent à des jeux d’argent et de hasard », mentionne monsieur Picard.

Des interventions spécifiques

Le centre peut normalement recevoir six personnes à la fois pour des séjours, mais cette capacité diminue à quatre personnes pendant la pandémie. « Ces petits groupes sont très favorisants et aidants. Ça crée un travail très spécifique et ça permet de développer une relation particulière avec la personne », affirme le directeur général.

Dans les dernières années, La Montée a accueilli en moyenne 80 personnes par année pour des séjours en thérapie. « Les services de thérapie ont commencé il y a une trentaine d’années. Il y a plus de 2 000 personnes qui sont passées en séjour », relate Stéphane Picard.

La pandémie a augmenté le nombre de demandes, selon lui. « Au printemps, après notre réouverture, il n’y a pratiquement pas eu de demandes. Peut-être parce que les gens étaient craintifs. Après l’été, ça a vraiment décollé. Nous avons autant de demandes d’aide que l’année précédente, mais sur une période plus condensée », dit-il.

Le centre La Montée travaille présentement sur un projet de prévention axé sur la réduction des méfaits. Des visites dans les institutions collégiales de la région sont prévues.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média