Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

12 avril 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Une orthophoniste rimouskoise reconnue par son ordre professionnel

PRIX PROVINCIAL

Lysandre Lauzon vient d’être récompensée par son ordre professionnel pour son engagement pendant ses études universitaires.

©Photo Gracieuseté

Lysandre Lauzon vient d’être récompensée par son ordre professionnel pour son engagement pendant ses études universitaires.

Lysandre Lauzon a reçu le prix Cardozo-Coderre de l’Ordre des orthophonistes et des audiologistes du Québec pour son engagement social et préprofessionnel au cours de son parcours scolaire.

Cinq finissantes en orthophonie ou en audiologie d’universités québécoises ont été récompensées par l’ordre professionnel. Les prix pour la cohorte 2019, soit celle de Lysandre Lauzon, devaient être remis plus tôt, mais la pandémie a forcé le report. C’est finalement lors d’une cérémonie virtuelle, le 1er avril, que la Rimouskoise a été honorée.

« C’était une surprise pour moi. Je ne savais même pas que ce prix existait. Quand j’ai vu le courriel dans ma boîte de réception, j’ai presque pensé que c’était une fraude. Lorsque j’ai vu l’en-tête de mon ordre professionnel, j’ai vu que c’était un vrai prix. J’étais vraiment contente et super fière », explique la finissante de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Lysandre Lauzon a reçu le prix Cardozo-Coderre pour la qualité de son travail de recherche de maîtrise. Elle a pu présenter ses résultats lors de différents événements scientifiques et chacune de ses participations lui a valu un prix.

« Comme l’orthophonie est une maîtrise considérée clinique, nous faisons un projet de recherche qui n’est pas un mémoire. Le mien a un peu dépassé le cadre de ce que l’on attend habituellement et il s’inscrivait dans un plus gros projet qui est d’ailleurs encore en cours. J’ai aussi participé à certaines activités de bénévolat pendant ma maîtrise, notamment avec le programme Biblio-Jeux », dit-elle.

À la fin de ses études universitaires, la jeune femme de 26 ans a décidé de revenir s’installer à Rimouski pour travailler comme orthophoniste.

« Je suis native d’ici, j’adore la ville et pour moi c’était un objectif de revenir. J’ai eu une opportunité d’emploi alors que je n’avais même pas encore terminé mes études. Rimouski, c’est une ville en région. C’est facilitant pour les orthophonistes parce que nous ne sommes pas isolés. Surtout en début de carrière, j’ai aimé savoir que j’avais des collègues qui pouvaient m’aider. Il y a beaucoup d’entraide », affirme-t-elle.

La Rimouskoise travaille à la clinique de l’enfance des Cliniques Sylvain Trudel. « J’ai toujours voulu faire un métier qui me permettait de travailler directement avec les enfants et de les aider. Je trouve que la communication est tellement une activité centrale au quotidien. C’est partout, on peut communiquer à l’oral, à l’écrit. C’est important pour pouvoir fonctionner dans la société, peu importe notre âge et notre occupation », conclut l’orthophoniste.

Commentaires

13 avril 2021

Audette Pelletier

J’ai mon mari qui a ete operer pour un cancer de la bouche et il a de la difficulte ta s’exprimer Nous avons pas les sous pour bénéficier de ta profession Tu parles d’un projet ? Si tu veut un cas Si tu veut te donner un but et travailler pour y réussir mon mari serait vraiment heureux d’y participer Merci

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média