Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

19 avril 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Succès à l’international pour la réalisatrice rimouskoise Annick Roussy

PRÉSENTATION AUX ÉTATS-UNIS

Film Un métier comme un autre, Annick Roussy

©Photo Gracieuseté

« Un métier comme un autre » vient de recevoir le prix coup de cœur du public au Pride Spring Film Festival de Chicago.

Le documentaire « Un métier comme un autre » de la réalisatrice d’origine rimouskoise Annick Roussy connaît du succès à l’international. Il fait partie de trois festivals en avril.

« Un métier comme un autre » a récemment été présenté au festival du cinéma documentaire Vues sur mer de Gaspé et le sera au Wicked Queer Boston’s LGBTQ+ Film Festival jusqu’à la fin du mois. Il a aussi été diffusé au Pride Spring Film Festival de Chicago, le 12 avril, et il sera de la programmation du Lake Travis Film Festival à Lakeway au Texas, en juin.

« C’est une belle surprise. Tout arrive en même temps, avril est un beau mois pour le film. Je suis vraiment contente du rayonnement. Ça fait du bien de voir qu’il plaît à toutes sortes de monde. Nous passons de la Gaspésie, à Montréal, aux États-Unis. Je trouve ça fantastique », exprime Annick Roussy.

« Un métier comme un autre » vient d’ailleurs de recevoir le prix coup de cœur du public au Pride Spring Film Festival de Chicago. La Rimouskoise d’origine a de bons commentaires sur son documentaire depuis qu’il est vu par un large public. « Les gens sont généralement touchés. Ils apprécient le film et sa qualité », mentionne-t-elle.

Annick Roussy est particulièrement fière d’offrir un produit autofinancé de qualité. « Ça m’a pris un an et demi pour faire ce film-là parce que je tenais à ce qu’il soit de qualité et qu’il fasse compétition aux films qui ont eu du financement. Pour moi, c’était important dès le départ que ça ne paraisse pas qu’il n’était pas financé. Ça prouve qu’on n’a pas nécessairement besoin de financement pour réussir une production », affirme-t-elle.

Annick Roussy

©Photo Facebook Philippe A. Prince Photo Vidéo

Annick Roussy est particulièrement fière d’offrir un produit autofinancé de qualité.

Le film met en lumière Pierre Lauzon, un homme introverti, solitaire et gêné. Le jour, il vaque à ses activités banales.  Le soir, il devient Tante Gaby, l’une des « drag queens » les plus connues du milieu LGBTQ+ montréalais. Pierre est décédé en juin 2020. Selon Annick Roussy, il serait touché par le succès que connaît le film sur sa vie. « Il serait tellement fier. Je pense beaucoup à lui dans tout ce qui se passe. Il est avec moi là-dedans. Il serait comblé », dit-elle.

La réalisatrice pense que « Un métier comme un autre » connaît du succès tant en Gaspésie qu’aux États-Unis en raison notamment de la polyvalence de son sujet.

« Oui, c’est l’histoire de Pierre, mais sa quête profonde est une recherche d’amour et de reconnaissance qui sont des choses complètement universelles. Je pense que ça parle beaucoup aux gens et l’aspect familial aussi. Même si son univers est éclaté, ça rejoint une multitude de gens. Il est présenté dans des festivals LGBTQ+ et d’autres qui ne le sont pas du tout », conclut la réalisatrice.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média