Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

28 avril 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Pénurie de vélos à Rimouski

PROBLÈME MONDIAL

Ce ne sont pas seulement les vélos qui se font rares, les pièces également. Pour certaines pièces, on parle d’un retard de deux ans.

©Photo Unsplash

Ce ne sont pas seulement les vélos qui se font rares, les pièces également. Pour certaines pièces, on parle d’un retard de deux ans.

Depuis l’an dernier, les bicycles sont difficiles à trouver sur l’ensemble de la planète en raison de la pandémie. Rimouski ne fait pas exception.

C’est principalement la fermeture d’usines pendant plusieurs semaines à cause de la pandémie qui explique la pénurie. S’ajoute à cela une plus grande demande étant donné que les activités à faire en confinement sont limitées.

« C’est un problème mondial. L’industrie du vélo est une industrie très concentrée. Les arrêts de production ont créé des ruptures et la demande a explosé au même moment. Ce n’est pas une industrie qui a des entrepôts avec des réserves. Les entrepôts sont sur la route dans les camions et les bateaux », mentionne le coordonnateur de l’association Rimouski ville cyclable, Michel Cloutier.

La boutique Vélo Plein Air à Rimouski vit cette situation depuis l’an dernier. « Nous avons reçu environ 10 % des vélos que nous avons commandés cette année. Normalement, les vélos arrivent en novembre, en décembre et en janvier. La demande est grande. Ce que nous sommes censés recevoir est pratiquement vendu à 90 %. En plus, les dates sont toujours repoussées. Nous allons recevoir des vélos 2021 en janvier 2022 », affirme la gérante, Edith Martin.

Ce ne sont pas seulement les vélos qui se font rares, les pièces également. Pour certaines pièces, on parle d’un retard de deux ans. « C’est tout, les casques, les vêtements, les pièces, les vélos. Ça touche tous nos départements », explique madame Martin.

« Il y a des pièces qui prennent plus de temps à avoir, même des choses de base comme des chambres à air ou des chaînes. Ça complique les choses », ajoute Michel Cloutier.

Malgré tout, les clients sont compréhensifs au Vélo Plein Air de Rimouski, selon la gérante. « Nous sommes le dernier maillon de la chaîne. Tout est hors de notre contrôle. Nous faisons avec les retards qui existent et nous essayons de nous adapter. Ce n’est pas facile. Pour combler les murs vides, nous avons fait rentrer des planches à pagaie. L’engouement est là », dit-elle.

Un grand engouement

La bonne nouvelle pour Rimouski ville cyclable, c’est que l’intérêt pour le vélo est grandissant. « Il y a eu une augmentation de popularité sur l’ensemble de la planète aussi en raison de la COVID. Il n’y avait pas beaucoup d’options d’activités et les gens avaient besoin de prendre l’air et de bouger. Plusieurs ont découvert ou redécouvert le plaisir du vélo. Nous avons pu l’observer à Rimouski », indique Michel Cloutier.

Le coordonnateur de l’organisme conseille aux amateurs d’amener leur vélo plus régulièrement en boutique pour l’entretien ou d’apprendre à le faire eux-mêmes. « Ça peut prévenir des défectuosités et des bris de pièces d’entretenir son vélo. De nettoyer les pignons et la chaîne permet d’augmenter la durée de vie. D’avoir des pneus gonflés au bon niveau peut aussi limiter l’usure et éviter la crevaison », souligne-t-il.

L’association Rimouski ville cyclable prévoit offrir des ateliers d’entretien dans les prochaines semaines. Michel Cloutier confirme aussi qu’il y aura un vélo bazar en mai adapté aux restrictions sanitaires. Les amateurs pourront donc se procurer ou vendre un vélo de toutes gammes.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média