Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

28 avril 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Une Rimouskoise de 11 ans intègrera l’École supérieure de ballet du Québec

DISCIPLINE ET TRAVAIL

Dana-Ève Lauzier a pour objectif de devenir danseuse professionnelle.

©Photo Gracieuseté Philb Photographe

Dana-Ève Lauzier a pour objectif de devenir danseuse professionnelle.

Une jeune Rimouskoise intègrera l’École supérieure de ballet du Québec dès la prochaine rentrée scolaire. C’est un rêve qui se réalise pour Dana-Ève Lauzier, 11 ans.

La jeune carrière de la danseuse a commencé avec l’École de danse Quatre Temps de Rimouski alors qu’elle avait trois ans. Sa discipline et son travail l’ont menée à Québec pour poursuivre son parcours en danse.

« Sur le plan technique, en danse, nous pouvons toujours nous améliorer. J’aime travailler fort pour quelque chose qui peut m’amener loin. La danse me permet de m’exprimer. De vivre la musique, ça me touche. Sur scène, je me sens bien. J’aime transmettre des émotions au public », affirme Dana-Ève Lauzier.

C’est à la fin janvier que la danseuse de 11 ans a su qu’elle se dirigerait vers Montréal dans les prochains mois pour se joindre à l’École supérieure de ballet du Québec. « Certains ont eu une acceptation pour le camp d’été et d’autres pour une deuxième audition. Moi, j’ai été tout de suite sélectionnée. J’étais vraiment contente. J’ai pleuré de joie. Ça faisait des années que je travaillais fort pour atteindre ça et que je rêve à ça », exprime-t-elle.

Étant dans un programme sport-études à Québec, Dana-Ève a l’habitude de mettre des efforts autant dans ses études que dans la danse. Elle compte continuer dans ce sens alors qu’elle commencera le secondaire en septembre.

« Ce sera exigeant. Il y aura plus de temps de danse qu’ici, à Québec. Je vais devoir m’investir dans mes études parce qu’il y aura plus de travaux. S’il m’arrive quelque chose, je veux avoir un plan B. Les études sont importantes pour moi. Si j’ai de bonnes notes, ça m’ouvrira plus de portes », indique la Rimouskoise.

Des sacrifices familiaux

Lorsque Dana-Ève est partie pour Québec, elle avait seulement neuf ans. Sa mère, Nadine Ouellet, et sa sœur Lydia-Rose, qui est aussi danseuse, ont déménagé avec elle. Son père est quant à lui resté à Rimouski pour le travail.

« Dana-Ève est passionnée par la danse depuis qu’elle est petite. Elle voulait toujours danser plus, faire plus de scène et plus de compétition. Nous avons pris la décision, les filles et moi, de partir. Au départ, c’était pour une expérience d’un an. Les filles ont tellement aimé ça que nous sommes restées plus longtemps », explique la mère de Dana-Ève.

Alors que toute la famille devait s’installer à Québec pour de bon dans les prochains mois, c’est finalement vers Montréal qu’elle se dirigera. « Les plans ont changé. Heureusement, nous n’avions pas encore acheté une maison à Québec. Nous aurions pu envoyer Dana-Ève en pension à Montréal, mais je n’étais pas capable de la laisser partir », souligne la mère de famille.

Étant dans le domaine de l’enseignement, madame Ouellet n’est pas inquiète de se trouver un emploi dans la région de Montréal. « Ça a été difficile au début de laisser la famille et les amis, mais elle est tellement passionnée et j’ai confiance en ses capacités. Je trouve que c’est important dans la vie de faire ce que l’on aime », dit-elle.

Dana-Ève Lauzier a pour objectif de devenir danseuse professionnelle. En attendant, elle participera à un camp d’été de trois semaines avec l’École supérieure de ballet du Québec avant la rentrée scolaire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média