Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

30 avril 2021

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

« Nous avons collectivement un coup de barre à donner » - Dr Sylvain Leduc

MISE À JOUR DE LA SANTÉ PUBLIQUE

Sylvain Leduc

©Archives - L'Avantage Rimouski

Le directeur de la santé publique au Bas-Saint-Laurent, Dr Sylvain Leduc.

Dès cette nuit, à 00 h 01, les mesures spéciales d’urgence s’appliqueront pour une période de 14 jours (contrairement à neuf annoncé dans certains médias) dans la région du Bas-Saint-Laurent, à l’exception des MRC de La Matanie, de La Matapédia et de La Mitis.

Cette décision annoncée hier survient au moment où l’incidence journalière de la COVID-19 par 100 000 habitants au Bas-Saint-Laurent, au cours des sept derniers jours, est la plus élevée au Québec avec la région de Chaudière-Appalaches.

« Jusqu’à tout récemment, nous avions une moyenne de 15 cas/100 000 habitants par jour. Depuis une semaine, nous en sommes rendus à 25 cas/100 000 habitants (moyenne de 50 cas par jour au BSL). Sur un mois, cela représente 1 500 personnes malades avec les importantes répercussions sur le fonctionnement des milieux de soins du Bas-Saint-Laurent, les écoles, les garderies, les milieux de travail et même une reprise possible des éclosions dans les résidences pour personnes âgées. Les répercussions se feront ressentir également sur le délestage des activités hospitalières, dont les chirurgies », commente le directeur de la santé publique de la région, Dr Sylvain Leduc.

Depuis peu, un palier d’alerte rouge, contenant un certain nombre de restrictions ne permettant pas de garder le contrôle sur les infections, peut amener la santé publique à ajouter des mesures d’urgence comme elle le fait présentement au BSL et comme cela se fait ailleurs en Outaouais et en Chaudière-Appalaches pour des parties de territoire. « Les mesures d’urgence peuvent s’appliquer à des parties de territoire, contrairement aux paliers d’alerte qui s’appliquent de façon uniforme pour l’ensemble d’une région », précise Dr Leduc.

La santé publique rappelle que cette décision pour le Bas-Saint-Laurent découle de l’expérience vécue dans d’autres régions où des mesures d’urgence ont été appliquées et où on a vu exploser les cas sur une courte période. « On n’a aucune idée jusqu’où la marée montera et nous avons besoin de mesures supplémentaires qui nous aideront à reprendre le contrôle », soutient le Dr Leduc.

« L’objectif des mesures d’urgence qui seront appliquées à compter de minuit ce vendredi soir est de réduire les occasions que les gens ont d’avoir des contacts entre eux. »

Il est recommandé à la population de demeurer à la maison, de faire des déplacements seulement lorsque cela est nécessaire dans les commerces identifiés comme étant essentiels, d’éviter de se rencontrer et de se réunir. « Ce sont des mesures qui s’appliquent sur une période que l’on souhaite la plus courte possible si on reprend le contrôle de la situation », conclut Dr Leduc.

Bilan du vendredi 30 avril

59 nouveaux cas COVID s’ajoutent au bilan, pour un total de 3 003 cas. On compte 10 hospitalisations. 

  • Kamouraska : 499 (+ 8) 
  • Rivière-du-Loup : 936 (+ 22) 
  • Témiscouata : 262 (+ 21) 
  • Les Basques : 83 (+ 1) 
  • Rimouski-Neigette : 739 (+ 4) 
  • La Mitis : 159 
  • La Matanie : 234 (+ 1) 
  • La Matapédia : 67 
  • Indéterminés : 24 (+ 2) 

Commentaires

30 avril 2021

Claude Dubé

Il sera intéressant de voir la suite des choses pour Rimouski-Neigette. Si nous avions eu hier 4 cas de contamination comme c’est la situation aujourd’hui, est-ce que nous serions en mesures d’urgence à minuit une ce soir?

1 mai 2021

steeve

Je demande à ce que vous faites une annonce publique pour affirmer ou infirmer que Beaulieu Décors et Construction Albert sont à l'origine de la nouvelle vague que Rimouski subie. C'est votre devoir.

2 mai 2021

Gervais Fillion

well,c'est la difference quand on vit EN COLLECTIVITÉ ou on vit en INDIVIDUALITÉ a ne penser qu'a sont soi-meme. Ca ne servirait a RIEN de tomber sur la tete d'une personne,,le mal est fait et il faut AGIR en COLLECTIVITÉ maintenant pour s'en sortir ! On voit le LED au fond du tunel :-)

3 mai 2021

steeve

À Fillion. Si à Québec, ils prennent le temps d'identifier le bar à karaoké et le gym. lors des dernières vagues. Je pense bien que Rimouski à le bar la p'tite grenouille les gens doivent avoir accès à cette information. Oui ou Non, ces deux entreprises, on fait la fête ? Sinon il y a des gens qui les protègent et là, il y a lieu de porter plainte à la police.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média