Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

10 juin 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Saint-Fabien : reprendre une vie normale après un incendie majeur

UNE ÉPREUVE QUI A SOUDÉ LA COMMUNAUTÉ

Feu Saint-Fabien

©Photo L'Avantage Serge Dionne

Sept résidences de Saint-Fabien ont été la proie des flammes, le 24 septembre dernier.

Une des victimes de l’incendie qui a ravagé une partie du coeur de Saint-Fabien, l’automne dernier, se remet du traumatisme qu’elle a vécu. Une épreuve qui a soudé les liens de la petite communauté.

Georgette Rioux a vu sa vie basculer, le 24 septembre, lorsque sa résidence a été détruite dans un incendie tout comme six autres maisons de Saint-Fabien. Près de neuf mois plus tard, elle a réussi à se reloger malgré les défis causés par ses assurances.

« Ça va vraiment bien. C’est encore du travail, mais je m’en sors bien. J’ai acheté une nouvelle maison en février. Je n’ai pas pu reconstruire sur le même terrain. Mes assureurs m’ont déçu pas mal. Ils n’ont pas donné le montant de valeur à neuf », exprime-t-elle.

Deux cousins et le frère de Georgette Rioux ont aussi perdu leur maison dans le drame. Son frère est toujours hospitalisé pour des problèmes de santé physique et psychologique à la suite de l’incendie.

« C’est chez lui que le feu est parti. Il a mal réagi. Il a eu quatre pontages à Québec et cinq orteils de coupées. On ne sait jamais s’il fera un caillot quelque part. Les problèmes de santé avaient commencé un peu avant, dont le diabète, mais tout a empiré avec l’incendie. J’étais préposée aux bénéficiaires avant, je me suis donc occupé de lui », explique madame Rioux.

Georgette Rioux

©Photo Gracieuseté

Georgette Rioux

Dès que l’incendie est survenu, Georgette Rioux a été prise en charge par la Croix-Rouge. Elle s’est installée temporairement dans la maison de sa sœur. « Je me rends plus compte de ce qui s’est passé aujourd’hui. Quand c’est arrivé, je ne savais pas s’il y avait des morts. Je pensais que mon frère était dans sa maison. Nous le cherchions. Je n’avais pas connaissance que ma maison brûlait et qu’elle était mise à terre. Heureusement, personne n’était chez lui quand c’est arrivé sauf un monsieur qui a été sauvé à temps », affirme-t-elle.

La situation liée à la pandémie n’aide pas la femme de Saint-Fabien à se remettre du drame. « Mes enfants, à Baie-Comeau et à Québec, n’ont pas pu venir me voir encore. Je m’ennuie de mes enfants et je ne peux pas regarder de photos. Malgré tout, je ne vis pas de solitude parce que je suis très sociable et j’ai des amis », dit-elle.

La maison de Georgette Rioux avant le drame.

©Photo Gracieuseté

La maison de Georgette Rioux avant le drame.

Soutien de la communauté

Dans toute cette épreuve, Georgette Rioux a été touchée par le soutien de la communauté. « Je veux rendre hommage à tous les bienveillants, la Croix-Rouge, les pompiers, les gens de Saint-Fabien et des environs. Nous ressentions l’amour que les gens avaient pour nous et la solidarité. Nous ne pouvions pas nous apitoyer sur notre sort. Il y avait trop de personnes compatissantes qui nous sont venues en aide en offrant de la nourriture et des vêtements », mentionne-t-elle.

Madame Rioux tient également à reconnaître le travail de la municipalité de Saint-Fabien qui a tout mis en place pour aider les sinistrés dès le départ. « Merci mille fois. Au-delà de la pandémie, l’amour et la générosité seront toujours gagnants », ajoute-t-elle.

Les nouvelles constructions sur les terrains des résidences détruites amènent un petit baume sur la tragédie, aux dires de madame Rioux. Son terrain à elle a été mis en vente.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média