Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Chroniques

Retour

08 septembre 2021

Science et vie sur Terre

LE TARTIGRADE OU « OURSON D'EAU »

Le tardigrade est l’organisme le plus résistant sur la planète.

©Photo Gracieuseté

Le tardigrade est l’organisme le plus résistant sur la planète.

PAR RICHARD FLAMENT - Dans le règne animal, certains organismes ont des aptitudes particulièrement développées pour survivre à des environnements et à des climats extrêmes. Mais quand on parle d’extrêmes, on ne parle pas de résister à un hiver québécois sur la Côte-Nord. Non, on parle de résister au zéro absolu, soit -273 °C. Un seul animal est capable de revenir d’un voyage au zéro absolu.

Son nom est le tardigrade ou appelé plus communément « ourson d’eau ». Il s’agit d’un animal ne dépassant pas le millimètre avec huit pattes surmontées de petites griffes. Il se nourrit principalement de végétaux tels que des mousses ou encore de petits invertébrés. On les retrouve un peu partout sur Terre, des déserts arides aux fonds marins ou encore dans votre jardin.

L’intérêt scientifique que suscite cet animal est bien évidemment ses nombreuses capacités exceptionnelles d’adaptation. Certes, il peut revenir du zéro absolu et continuer sa vie, mais il peut aussi résister à des températures d’environ 340 °C. Ce n’est pas tout, il est capable de résister à une pression de 4 000 bars, ce qui représente quatre tonnes par cm² ou tout simplement quatre fois la pression du point le plus profond des océans. Il n’y aurait pas assez d’un article pour décrire toutes ses capacités extraordinaires, mais pour vous donner une idée il survit également très bien au vide de l’espace.

Son incroyable résistance repose notamment sur le fait de pouvoir se mettre en état de cryptobiose. C’est-à-dire qu’il peut d’une certaine manière arrêter son temps et ainsi se préserver pour des milliers d’années avant d’être réanimé. Lorsque l’organisme entame sa cryptobiose, il va alors se recroqueviller sur lui-même et se déshydrater à 99 %, le protégeant du gel et des fortes températures.

Actuellement, quelques tardigrades sont embarqués à bord de la Station spatiale internationale afin de mener des expériences sur leurs « super pouvoirs ». Les chercheurs essayent de déterminer quels sont les gènes présents dans leur ADN qui leur permettent d’être aussi résistants à n’importe quelle situation extrême. Le but de ces études est de pouvoir percer leur mystère afin d’exploiter pour les humains les secrets de leur incroyable résilience. Si un jour le progrès scientifique permet l’intégration de gènes non humains dans notre corps, peut-être qu’on aura de super pouvoirs…

Richard Flament
Étudiant au doctorat en biologie évolutive à l’UQAR

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média