Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

09 septembre 2021

Communiqué L'Avantage - redactionrimouski@lexismedia.ca

Une nouvelle rue portera le nom du fondateur de l’hôpital de Mont-Joli

Hôtel de ville de Mont-Joli

©Photo L'Avantage Annie Levasseur

C’est à l’unanimité que le conseil municipal s’est rangé derrière la recommandation du comité de toponymie.

La nouvelle rue de l’ensemble résidentiel Beaupré, à Mont-Joli, portera le nom du fondateur du sanatorium Saint-Georges, devenu par la suite l’hôpital de Mont-Joli.

C’est à l’unanimité que le conseil municipal s’est rangé derrière la recommandation du comité de toponymie en choisissant le nom de Georges-Henri De Champlain, peut-on lire dans un communiqué de presse de la Ville de Mont-Joli.

« Nous avions un devoir de mémoire envers M. De Champlain, un grand Mont-Jolien, un visionnaire. Son legs constitue encore aujourd'hui un apport majeur dans notre ville, tant dans le domaine de la santé que d'un point de vue économique. La création d'une nouvelle rue, dans le prolongement de la rue Beaupré, nous permet d'inscrire enfin son nom dans la mémoire collective », souligne le maire de la municipalité, Martin Soucy.

Décédé prématurément à l'âge de 41 ans, Georges-Henri De Champlain a quand même eu le temps de marquer l’histoire de Mont-Joli. Sa principale réalisation aura été de fonder le sanatorium, en 1939. Monsieur De Champlain s’est aussi illustré par son engagement social au sein de la communauté. Il a été conseiller municipal de 1939 à 1946, président de la Chambre de commerce et de la Caisse populaire ainsi que membre fondateur du club Richelieu. Il a fondé et présidé le comité des bourses scolaires de Mont-Joli.

« … Le sanatorium devenu hôpital en 1967 aura permis à notre population d’obtenir des soins de santé à proximité, et ce, depuis sa fondation en 1939. C'est un héritage inestimable que l'on doit à un homme de mérite », conclut Martin Soucy.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média