Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

14 septembre 2021

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

Entre le bénévolat et le plein air Bernard Poirier vit ses deux passions

PORTRAIT

Bernard Poirier sur le mont Provencher avec le réservoir Manicouagan en arrière-plan lors d’une randonnée de six jours en autonomie sur les monts Groulx (à la mi-août).

©Photo Gracieuseté

Bernard Poirier sur le mont Provencher avec le réservoir Manicouagan en arrière-plan lors d’une randonnée de six jours en autonomie sur les monts Groulx (à la mi-août).

Originaire de Sayabec et Rimouskois d’adoption, le directeur du Centre d’action bénévole Rimouski-Neigette, Bernard Poirier, a officiellement choisi son nouveau milieu de vie en 1984 à la suite d’un retour aux études en informatique. Après avoir travaillé quelque temps dans ce secteur d’activité, son désir d’œuvrer en relation avec les gens l’a amené à choisir l’action communautaire.

À l’ouverture d’un poste dans un organisme en 1995, des personnes l’ont convaincu de faire le saut. Depuis ce temps, Bernard Poirier travaille dans le monde communautaire. Depuis neuf ans, il dirige le Centre d’action bénévole Rimouski-Neigette.

« Dès mon jeune âge, je me suis toujours impliqué dans différents organismes et mouvements. Celui qui m’a le plus marqué c’est le groupe des 4-H qui a été pour moi une belle école de leadership, d’action communautaire et une formation écologique avant le temps. C’était un beau mouvement et cela est toujours resté », témoigne M. Poirier.

Son rôle de gestionnaire au Centre d’action bénévole l’amène à se préoccuper des personnes qui ont besoin d’aide et de celles qui offrent leur aide. « Nous sommes une petite équipe de six personnes, il y a peu d’employés, mais nous sommes une grande famille qui communique avec la communauté. J’ai la chance d’être dirigé par un conseil d’administration ultra-compétent, des gens de carrière qui ont décidé de donner de leur temps et qui nous épaulent très bien. Une bonne partie de mon rôle est de faire le lien avec les quelque 350 bénévoles qui souvent s’impliquent dans plusieurs activités. »

De grands organismes gouvernementaux tels le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, le ministère de la Santé et des Services sociaux et d’autres ministères, la Ville de Rimouski, la MRC et des organismes partenaires collaborent avec l’équipe du Centre d’action bénévole pour différentes raisons. Cependant, l’ensemble des activités réalisées par cet organisme est orienté vers le soutien des bénévoles ou vers la population en général afin d’assurer, entre autres, le maintien à domicile.

« Nous, on collabore avec ces partenaires-là pour faire en sorte que les gens aient le meilleur filet social possible, notamment les aînés, et on encadre nos bénévoles qui donnent de leur temps. Le Centre n’offre pas de services en soi, ce sont les bénévoles qui offrent des services », indique Bernard Poirier.

Sur le Tour du mont Blanc au premier jour de cinq d’une randonnée près de Chamonix. Bernard Poirier.

©Photo Gracieuseté

Sur le Tour du mont Blanc au premier jour de cinq d’une randonnée près de Chamonix.

« Par exemple, la popote roulante offre 350 repas par semaine, d’autres bénévoles offrent de l’accompagnement en transport. Pour certains, c’est de l’accompagnement lors de rendez-vous médicaux. Pendant la période d’impôt, nous faisons des centaines et des centaines de déclarations de revenus. Nous sommes là pour encadrer et faciliter le travail de ces gens dans le cadre du geste gratuit qu’ils posent, ajoute M. Poirier qui réclame encore plus de bénévoles pour répondre à la demande. Nous sommes peu pour suffire à la demande. Levez la main, assurément qu’il y a quelque chose qui vous permettra de vous impliquer. »

Dans ses temps libres, Bernard Poirier pratique la pêche. Il avoue avoir une passion pour les activités de plein air comme le camping et les randonnées. Il y consacre toutes ses vacances. « Ça ne sera jamais assez trop haut ou trop loin selon mes capacités. C’est au bord d’une rivière, d’un sentier ou d’un parc de randonnées que je me sens bien. Ma paire de bottines est probablement le meilleur instrument que je puisse avoir pour m’accompagner dans mes loisirs », conclut-il.

Commentaires

15 septembre 2021

Jacques Bérubé

Bravo Bernard!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média