Carrières dans votre région Guide restoÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Chroniques

Retour

03 octobre 2021

Science et vie sur Terre

LA BALEINE BLEUE, LE TITAN DES OCÉANS

La baleine bleue est actuellement le plus gros animal au monde.

©Photo Gracieuseté

La baleine bleue est actuellement le plus gros animal au monde.

PAR RICHARD FLAMENT - Depuis l’apparition des premiers animaux, il y a plus de 600 millions d’années, nombre d’entre eux se sont distingués par leur taille et leur masse exceptionnelles. Ces titans issus de l’évolution sont souvent représentés par les grands dinosaures herbivores tels que les sauropodes. Aujourd’hui éteints à la suite d’une extinction massive, il y a 66 millions d’années, il reste encore aujourd’hui un titan. Ce n’est pas un dinosaure et pourtant il fait partie du top 3 des plus gros animaux qui n’aient jamais existé. Il s’agit de la baleine bleue, appelée également rorqual bleu.

La baleine bleue, de son nom latin Balaenoptera musculus, est actuellement le plus gros animal au monde. Il mesure jusqu’à 30 mètres de long et peut peser jusqu’à 180 tonnes. Son cœur seul peut peser plus de 400 kg. De plus, la langue d’un individu adulte pèse près de trois tonnes. Toutes ces masses exceptionnelles sont rendues possibles grâce au soutien apporté par l’eau. Un tel animal sur la terre ferme s’effondrerait sous son propre poids.

Bien que gigantesque, la baleine bleue s’avère être une très bonne nageuse. Elle peut atteindre des pointes de 50 km/h, mais sa vitesse de croisière est estimée à 20 km/h. Lorsqu’elle s’alimente de krills, la baleine bleue adopte une vitesse de 5 km/h, ce qui lui permet d’absorber jusqu’à 90 tonnes d’eau qu’elle va venir filtrer avec ses fanons. En ce qui concerne ses capacités de plongeuse, elle est loin derrière son cousin le cachalot, qui lui peut plonger à des kilomètres de profondeur alors qu’elle se limite à environ 250 mètres.

Ce titan des océans est une merveille de la nature dont on a la chance de pouvoir observer aujourd’hui. Malheureusement, la baleine bleue est actuellement classée en danger d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature. La population a été en déclin depuis la chasse à la baleine, faisant passer le nombre d’individus de 250 000 à près de 15 000 aujourd’hui, selon les estimations.

De nombreuses recherches scientifiques sont réalisées sur les cétacés afin de mieux comprendre leur mode de vie et leurs migrations, mais également leurs réactions au réchauffement climatique, dans l’optique de les protéger. Dans le Saint-Laurent, les chercheurs et chercheuses de l’Institut Maurice-Lamontagne s’y intéressent particulièrement. Leurs recherches sont extrêmement utiles pour la conservation des espèces en voie d’extinction. On a la chance d’avoir encore aujourd’hui une biodiversité incroyable avec la présence de véritables titans de la nature comme la baleine bleue, alors sauvegardons-les.

Richard Flament
Étudiant au doctorat en biologie évolutive à l’UQAR

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média