Carrières dans votre région Guide restoÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

12 octobre 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Une 8e Nuit des sans-abri à Mont-Joli

La directrice des services à la Maison de l’Espoir, Karine Ouellet, invite la population à la 8e Nuit des sans-abri de Mont-Joli.

©Photo Gracieuseté

La directrice des services à la Maison de l’Espoir, Karine Ouellet, invite la population à la 8e Nuit des sans-abri de Mont-Joli.

La 8e Nuit des sans-abri de Mont-Joli aura lieu vendredi à la Maison de l’Espoir. L’objectif de cette soirée est de sensibiliser aux différentes formes que peut prendre l’itinérance.

Après une pause l’an dernier en raison de la pandémie, la Nuit des sans-abri revient cette année à Mont-Joli. L’événement provincial se déroule sous le thème « L’itinérance, voir au-delà des apparences ». « Étant donné les mesures sanitaires, nous allons faire ça de façon plus intime. Au niveau national, c’est la 32e édition. Ça se fait un peu partout à la grandeur du Québec », indique le responsable de l’intervention à la Maison de l’Espoir de Mont-Joli, Pascal Bernier.

Une vigie de solidarité est organisée pendant la soirée. Des discours et des témoignages de personnes qui ont vécu des situations d’itinérance seront présentés. Des travailleurs de rue et des représentants de la Maison de l’Espoir pourront aussi répondre aux questions des citoyens.

« Nous avons souvent une idée fixe. L’itinérance est souvent un monsieur ou une madame avec son carton en ville dehors au coin de la rue. Oui, c’est ça, mais c’est aussi autre chose. Dans notre cas, nous faisons affaire avec des gens qui vivent d’autres formes d’itinérance », explique monsieur Bernier.

La Maison de l’Espoir veut profiter de la Nuit des sans-abri pour sensibiliser la population à ces autres formes d’itinérance qui sont souvent plus présentes dans la région. « Ça peut être quelqu’un qui perd son logement. Ça peut être un monsieur ou une madame Tout-le-Monde à qui il arrive un coup dur et qui a besoin de se remettre sur pied et d’avoir de la stabilité. Nous offrons de l’hébergement et des services en externe, mais notre rôle est aussi de diriger les gens aux bons endroits selon les besoins qu’ils ont », affirme le responsable de l’intervention à la Maison de l’Espoir.

L’organisme communautaire peut héberger de 100 à 150 personnes par année. Neuf lits sont à la disposition de ceux qui vivent une situation difficile et les séjours peuvent durer jusqu’à quelques mois. « La perte de logement peut être due à des problèmes de santé mentale ou à des problèmes de consommation. Il y a des personnes qui viennent nous voir après avoir passé quelques nuits dans leur auto ou dehors. C’est moins visible, mais ça existe. Certains se promènent à travers les organismes de région en région et ils recherchent l’aide appropriée », mentionne Pascal Bernier.

De 19 h 30 à 23 h, vendredi, la population est invitée à se rendre dans le stationnement de la Maison de l’Espoir pour participer à l’activité. Par ailleurs, il n’y aura pas de Nuit des sans-abri à Rimouski cette année. L’Auberge du cœur Le Transit tient toutefois à parler de cet événement et à mettre l’accent sur l’itinérance jeunesse. De la sensibilisation sera faite sur les réseaux sociaux.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média