Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

01 décembre 2021

Communiqué L'Avantage - redactionrimouski@lexismedia.ca

Harold LeBel rencontre des citoyens aux prises avec une usine d’asphalte

QUARTIER SACRÉ-COEUR

Le député Harold LeBel, troisième à partir de la droite, et le conseiller municipal de Sacré-Coeur, Sébastien Bolduc, quatrième à partir de la droite, avec des résidents du district Sacré-Cœur.

©Photo : gracieuseté

Le député Harold LeBel, troisième à partir de la droite, et le conseiller municipal de Sacré-Coeur, Sébastien Bolduc, quatrième à partir de la droite, avec des résidents du district Sacré-Cœur.

Le député de Rimouski à l’Assemblée nationale du Québec, Harold LeBel, propose des pistes de solution aux citoyens rimouskois qui se plaignent des inconvénients qu’ils disent subir en raison de la présence de cette entreprise implantée dans le quartier Sacré-Cœur et d’une usine similaire dans le district du Bic. 

« Selon ces gens, le bruit, la poussière et les odeurs que produisent ces installations les incommodent, en plus de la circulation parfois intense de véhicules lourds. Les entreprises en question se sont installées dans ce secteur alors qu’il était plutôt rural. Comme l’endroit s’est urbanisé au fil du temps, nous devons réfléchir aux moyens pour favoriser une cohabitation plus acceptable à l’endroit des parties concernées », souligne le député LeBel.  

En route vers des solutions concrètes 

« Étant donné que les citoyens ont déposé des plaintes au ministère de l’Environnement, mais que ces démarches ne leur ont pas donné satisfaction, je préconise qu’un observateur passe du temps à déterminer ce qui cloche et à en faire rapport afin que nous puissions dégager des solutions », révèle monsieur LeBel.  

« J’ai rencontré des représentants des résidents concernés avec celui de la Ville de Rimouski, le conseiller de Sacré-Cœur, Sébastien Bolduc. Mon idée semble avoir rallié les gens présents », rapporte-t-il. 

Des pourparlers avec le ministère de l’Environnement 

« J’ai rapporté ces problèmes il y a quelques semaines au ministre de l’Environnement, Benoît Charette, de même qu’à sa collègue des Affaires municipales, Andrée Laforest. J’ai d’ailleurs profité de l’occasion afin de formuler directement ma requête à monsieur Charette pour la nomination d’un observateur. J’espère une réponse rapide et concluante de sa part », ajoute le député de Rimouski. 

Monsieur LeBel a offert aux gens de les accompagner dans ces démarches, puisqu’il considère qu’on peut facilement s’y perdre lorsqu’il s’agit de problèmes liés à l’environnement. Avec le concours de la Ville, il affirme vouloir agir à titre de facilitateur en vue de dénouer la situation actuelle. 

Commentaires

1 décembre 2021

STEEVE

Ça fera le chialage à Rimouski ! Moral. L'usine est là depuis déjà un bon nombre d'années. C'était à eux à ne pas s'installer à proximité. Il n'y a aucun terrain actuellement disponible pour accueillir de tel installation. Alors qu'ils vivent avec leur choix.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média