Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Chroniques

Retour

13 décembre 2021

Collaboration spéciale - contact@lexismedia.ca

Le blob

QUI EST-IL ?

Science et vie sur terre - Le blob.

©Photo : gracieuseté

Le blob, cet organisme ni animal, ni végétal, ni champignon qui défie notre intelligence !

Par : Richard Flament

richard.flament@uqar.ca

 

Oubliez les notions d’animaux, de végétaux et d'autres champignons, car il existe des organismes vivants qui ne font partie d’aucun de ces règnes. Certains de ces organismes pourraient même laisser penser qu’ils sont tout droit sortis d’un film de science-fiction. À tel point que l’un d’entre eux porte le nom d’un film de science-fiction américain de 1958, le « blob ».

De son vrai nom Physarum polycephalum, le blob est un organisme plein de secrets. Tout d’abord, il est constitué d’une seule cellule. Ça peut paraitre insignifiant, mais un blob seul peut atteindre plus de 10 m² alors que la plupart des organismes unicellulaires ne dépassent que rarement le millimètre. Le blob se déplace par déformation de son corps, appelé plasmode, avec une vitesse de 1 cm/h. Pour assurer le maintien de son corps, il utilise un réseau veineux qui se déforme et se reforme constamment pour distribuer la nourriture dans l’ensemble de son organisme. Si l’une de ces veines vient à se faire sectionner, il réorganise l’intégralité de son corps.

Le blob est fascinant sur plusieurs points. Il a une capacité d’optimisation incroyable de l’énergie utilisée et il est capable d’apprendre. Eh oui, même sans cerveau et sans nerfs, on peut apprendre. Il a été démontré que le blob a en quelque sorte une mémoire. Lorsqu’il est confronté à un obstacle particulier lors de son déplacement et qu’il doit le contourner, il est capable plus tard de le reconnaître afin d’optimiser ses déplacements. Il est possible que le blob ait même une mémoire spatiale et qu’il soit capable de résoudre des problèmes complexes comme un labyrinthe.

En science, on s’intéresse au blob pour de nombreux aspects, mais principalement pour ses capacités de réorganisation de son système veineux qui peuvent trouver plusieurs applications pour l’Homme. En effet, il peut s’avérer utile pour savoir comment réorganiser un réseau téléphonique, aquifère ou encore routier, qui aurait subi une coupure. Son exceptionnelle capacité de réorganisation de réseau permettrait d’optimiser carrément les nôtres ! Une expérience avait été conduite en plaçant un blob sur une grande carte du Canada, à plat, avec des réserves de nourriture sur chacune des grandes villes. Résultat, le blob avait retracé un réseau similaire à celui du réseau ferroviaire canadien. Le blob se révèle être incroyablement intelligent pour un organisme unicellulaire, de quoi faire rougir certains organismes dotés de cerveaux !

Richard Flament

Étudiant au doctorat en biologie évolutive à l’UQAR.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média