Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

15 janvier 2022

Communiqué L'Avantage - redactionrimouski@lexismedia.ca

Harold LeBel commente le Rapport annuel de la Société portuaire

VIE MARITIME

Harold LeBel et la PDG de la Société portuaire Anne Dupéré.

©Photo : gracieuseté

Harold LeBel et la PDG de la Société portuaire Anne Dupéré.

À la suite de la publication du rapport de la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, Harold LeBel presse le gouvernement de la Coalition avenir Québec de mettre en œuvre le plan d’action présenté en novembre par la Société.

« Assez tergiversé ! La Société portuaire a reçu un mandat en bonne et due forme pour relancer nos installations portuaires, beaucoup trop négligées par leur propriétaire précédent, le gouvernement fédéral. Le moins que le gouvernement québécois puisse faire, c’est de ne pas ralentir les choses et d’approuver le plan de la Société pour que cesse la stagnation de nos infrastructures, primordiales dans une région maritime comme la nôtre. Il aurait eu le temps de le faire avant la pause des fêtes », estime monsieur LeBel.

« Rimouski fait valoir sa vocation maritime à travers le monde. On retrouve chez nous l’Institut des sciences de la mer (ISMER) et ses chercheurs réputés, le Centre de recherche en biotechnologie maritime (CRBM), la Technopole maritime, Innovation maritime et nombre d’entreprises qui gravitent dans le domaine. Comment un gouvernement qui se dit à l’écoute de ses citoyens et des régions peut-il ignorer plus longtemps ces pierres angulaires de notre économie que sont les installations portuaires? C’est maintenant qu’il faut agir ! », réitère le député de Rimouski.

Monsieur LeBel rappelle qu’à la fin d’octobre dernier, alors que la CAQ annonçait 100 millions pour sa stratégie appelée « Avantage maritime », elle n’accordait pas un sou au port de Rimouski. « À la suite de mon intervention à ce sujet le lendemain, la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, a balbutié que son gouvernement n’excluait pas des investissements supplémentaires, notamment à Rimouski, mais depuis, plus rien. J’ajoute qu’à la mi-septembre, j’ai demandé par écrit au gouvernement caquiste s’il reconnaissait que les 148 millions convenus dans l’entente au rabais conclue par Philippe Couillard avec Ottawa pour la cession des ports ne suffisaient nettement pas. Je l’ai incité du même souffle à s’engager afin d’accroître substantiellement cette enveloppe. J’attends toujours la réponse. »

« Pour moi, la réponse s’avère simple : Québec doit donner, en priorité, les coudées franches en adoptant dès maintenant le plan d’action présenté par la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie et lui indiquer clairement qu’il participera aux investissements nécessaires au développement des infrastructures, au-delà de l’enveloppe mal négociée par le gouvernement précédent », insiste Harold LeBel.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média