Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

18 janvier 2022

Communiqué L'Avantage - redactionrimouski@lexismedia.ca

Travail social : les enseignants du Cégep de Rimouski sont inquiets

BOURSES PERSPECTIVE QUÉBEC

Les enseignants en Techniques de travail social du Cégep de Rimouski dénoncent l’absence de leur programme aux bourses Perspective Québec.

©Photo : archives

Les enseignants en Techniques de travail social du Cégep de Rimouski dénoncent l’absence de leur programme aux bourses Perspective Québec.

Les enseignants en Techniques de travail social du Cégep de Rimouski réclament d’urgence au ministère de l’Enseignement supérieur que leurs étudiants aient accès au programme de bourses Perspective Québec.

Selon les enseignants, l’exclusion des étudiants du collégial en Travail social à ce programme va aggraver la pénurie d’intervenants dans les CISSS et les organismes communautaires alors que ce programme a justement été mis en place pour contrer cette même pénurie.

« Nous constatons chaque jour combien les différents milieux d’intervention sont à la recherche de personnel, incluant les techniciens. Les CISSS développent des partenariats pour fidéliser nos étudiants, les offres d’emploi sont omniprésentes, les listes de rappel sont vides tant pour les installations publiques que les organismes communautaires et, de plus en plus, les embauches se réalisent avant la fin de leur formation technique. Nous avons régulièrement des appels d'employeurs qui crient à l’aide de partout dans la province », mentionne la coordonnatrice du département de travail social du Cégep de Rimouski, Josée Ruest.

Selon le Regroupement des enseignants des collèges en travail social du Québec (REECETSQ), un nouveau programme de bourses incitatives sera rendu disponible dès la session d’automne 2022. Il touchera les étudiants québécois inscrits à temps plein dans certains programmes d’études des cégeps, des collèges privés et des universités du Québec afin de contrer la pénurie d’emploi dans divers domaines. Les futurs étudiants en soins infirmiers, en éducation à l’enfance et en éducation spécialisée, par exemple, obtiendront 1500 $ pour chaque session réussie pour un total de 9000 $ dans ces programmes d’une durée de trois ans. À l’ordre universitaire, ce montant pourra s’élever jusqu’à 20 000 $ pour un programme de quatre ans.

L’organisme déplore que le programme collégial de Techniques en travail social ne s’y retrouve pas alors que le baccalauréat en travail social y figure. Selon le REECETSQ, cette exclusion pourrait inciter les futurs étudiants à bouder le programme de Techniques de travail social puisqu’ils ne seraient pas admissibles à cette bourse, aggravant ainsi la pénurie actuelle.

« Faut-il rappeler que les techniciens en travail social contribuent à soutenir les plus vulnérables de notre société et particulièrement dans le contexte social actuel? Leur présence et leurs compétences sont essentielles pour assurer les services à la population. Il faut freiner la pénurie et non l’aggraver », ajoute Josée Ruest.

Le REECETSQ réclame donc que le gouvernement du Québec ajoute immédiatement le programme en Techniques de Travail social à la liste des programmes admissibles aux bourses Perspective Québec.

Commentaires

18 janvier 2022

Guylaine Roy

L'équité et le respect de toutes les professions avant tout!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média