Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 mars 2022

Communiqué L'Avantage - redactionrimouski@lexismedia.ca

Une hausse du coût de l’essence qui a de graves effets pour plusieurs entreprises

GRAVES RÉPERCUSSIONS

Prix de l'essence à Rimouski.-29 mars 2022.

©Photo : Internet

Le coût de l'essence est uniforme à Rimouski en ce 29 mars 2022.

La Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski - Neigette (CCIRN) désire mettre en lumière les graves répercussions que la hausse du coût de l’essence des dernières semaines a sur plusieurs types d’entreprises sur son territoire.

« Effectivement, cette hausse vertigineuse provoque des coûts additionnels importants pour la plupart de nos entreprises puisque les coûts de transports sont directement impactés sur tous les fronts. Il est aussi essentiel de souligner que puisque nous sommes en région, nos coûts de transport sont souvent plus grands que dans les grands centres ce qui rend la situation encore plus problématique pour une région comme le Bas-Saint-Laurent.  Bien que nous saluions l’initiative gouvernementale d’aider le portefeuille des particuliers qui vivent une hausse du coût de la vie considérable, une aide directe aux entreprises est également requise puisque en ignorant cette hausse de coût direct et important que subisse nos entreprises, il deviendra vite inévitable pour elles de devoir refiler une partie de cette facture aux consommateurs même si ce n’est le souhait d’aucune organisation. Le tout n’aidera en rien la situation de l’inflation qui atteint des sommets », fait valoir Jonathan Laterreur, directeur général de la Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette (CCIRN)

Selon M. Laterreur, la situation est particulièrement préoccupante pour les agriculteurs qui ont une tonne d’équipements qui ne fonctionne qu’à l’essence et qui ont vu leurs dépenses exploser dans les dernières semaines. « Ce type d’entreprise ne peut pas augmenter ses revenus à court terme ce qui provoque une énorme pression sur leurs liquidités. Avec le paysage géopolitique actuel, il est évident que nous devons soutenir nos entreprises locales pour avoir une autonomie alimentaire et énergétique. Il est maintenant temps de passer de la parole aux actes », ajoute-t-il.

De son côté, Guillaume Sirois, président de la CCIRN.mentionne que plusieurs autres types d’entreprises sont aussi à risque élevé avec cette hausse. « Pensons notamment aux  entreprises de transport pour lesquelles le coût de l’essence est une dépense qui était déjà accaparante avant cette hausse.Nous sommes extrêmement préoccupés par la hausse du coût de l’essence que nous vivons actuellement. N’oublions pas que nos entreprises agricoles sont souvent des entreprises familiales avec de gros enjeux qui ne les ont pas épargnées dans les dernières années et qui doivent maintenant subir une hausse substantielle de leurs dépenses pratiquement du jour au lendemain. Pensons également aux organismes communautaires qui ont besoin d’essence pour leurs équipements ou pour le transport de denrées et qui n’ont aucun moyen d’augmenter leurs revenus, mais qui doivent tout de même pallier cette dépense additionnelle. C’est très inquiétant et nous demandons aux différents gouvernements en urgence d’aider ces types d’organisations extrêmement rapidement »,

La Chambre de commerce rappelle par ailleurs, que de nombreuses taxes  sont incluses dans le prix de l’essence actuellement. «Le fédéral impose une taxe d’accise de 10 cents/litre. Le Québec impose de son côté une taxe additionnelle sur les carburants de 19,2 cents/litre. Une taxe sur le carbone de 5,37 cents/litre est également chargée. La TPS et la TVQ sont à pourcentage et sont comptabilisées après ces autres taxes ce qui fait que les revenus de l’État augmentent eux aussi avec la hausse du coût de l’essence. Finalement, environ 39 % du coût de l’essence sert à payer différentes taxes. Les deux paliers gouvernementaux ont donc une marge de manœuvre importante pour aider les entreprises à contrecarrer leurs dépenses additionnelles, ne serait-ce que temporairement le temps que le coût de l’essence revienne à un niveau raisonnable. La réalité est qu’une hausse du coût de l’essence gonfle aussi les coffres de l’État et les deux gouvernements pourraient conserver leurs revenus initiaux tout en redistribuant les excédents qu’ils engrangent depuis cette hausse des dernières semaines et ainsi lancer le message clair qu’ils sont là pour nos entreprises qui ne commencent qu’à se sortir d’une crise pandémique qui a affecté leurs revenus.»

L'organisme rimouskois demande aux deux paliers gouvernementaux d'agir sur cette question en offrant une aide directe aux organisations les plus vulnérables à l'image du gouvernement albertain qui a notamment retiré sa taxe sur l’essence, ce qui donne un répit non seulement aux citoyens, mais aussi aux entreprises de son territoire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média