Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

08 avril 2022

Mireille Lévesque - mlevesque@lexismedia.ca

Samuel Ouellet dans la course à l’investiture du Parti québécois

APPUYÉ PAR PASCAL BÉRUBÉ

Samuel Ouellet, candidat à la course à l’investiture du PQ et Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia, lui offrant son soutien.

©Photo : L’Avantage – Mireille Lévesque

Samuel Ouellet, candidat à la course à l’investiture du PQ et Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia, lui offrant son soutien.

Affichant le slogan « Samuel Ouellet pour Rimouski-Neigette », l’éditeur et propriétaire du Journal Le Soir annonçait ses intentions de représenter le Parti québécois dans le comté de Rimouski en vue des élections du 3 octobre prochain en conférence de presse ce 8 avril. Il était appuyé par Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia, qui précisait qu’il s’abstiendrait de voter à l’issue de la course à l’investiture en lui offrant son soutien.

Les enjeux auxquels monsieur Ouellet souhaite s’attaquer sont : la pénurie de logements, les places manquantes en CPE, le financement des organismes de première ligne, la revitalisation des petites municipalités autour de Rimouski, la lutte aux changements climatiques, le développement des PME, la gestion des ressources naturelles, l’amélioration des conditions de vie des aînés, l’accessibilité aux soins de santé et l’indépendance du Québec.

Pascal Bérubé précisait : « En 50 ans, tous partis confondus, c’est la première fois qu’un député se présente dans le comté en étant né ici. Samuel est de Saint-Anaclet. Ta famille est là, mais sache, Samuel, que ta famille est plus grande que ça, car les gens de Rimouski aussi en font partie, si ce n’était que d’eux, Rimouski aurait un pays depuis 1980. » Le député de Matane-Matapédia spécifiait par le fait même qu’il rêvait d’un candidat gentil et volontaire comme monsieur Ouellet, connaissant tous les dossiers du Parti québécois et ayant appris d’Harold LeBel alors qu’il était son attaché politique.

Afin d’éviter tout malentendu quant à son rôle dans l’univers médiatique rimouskois, Samuel Ouellet affirmait : « Dans un objectif de transparence et d’une approche éthique, dès aujourd’hui, je me retire de mes fonctions d’éditeur. Je nomme René Alary éditeur par intérim du Journal Le Soir. Nous avons aussi pris des dispositions concernant la couverture de la politique québécoise. Ce mandat est confié à l’équipe de la radio CKMN. Son journaliste, Francis Belzile, publiera sur les pages du Journal Le Soir de manière indépendante et sans aucun droit de regard pour l’équipe du Journal. Dans l’optique où je serais élu député le 3 octobre prochain, je m’engage à régulariser ma situation, dans un délai maximum de 90 jours suite à l’élection, selon le code d’éthique des élus de l’Assemblée nationale du Québec. Je veux être clair : je n’utiliserai pas mon organisation pour avantager d’une manière ou d’une autre ma candidature. »

Même si les deux hommes politiques se montraient très enthousiastes, Pascal Bérubé, qui prétendait se voir en Samuel alors qu’il avait 27 ans, rappelait : « Rien n’est gagné. Lors de ma première élection, j’ai perdu par 33 voix et je les cherche encore, mais je suis convaincu que nous pouvons gagner, car nous avons une poignée de militants qui travaillent fort et nous avons des étincelles dans les yeux et un pays au cœur. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média