Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

10 mai 2022

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Un Défi pissenlits à Métis-sur-Mer

PROTECTION DES ABEILLES

Les neuf élèves de la classe de 5e et de 6e année de Metis Beach School participent au Défi pissenlits en mai.

©Photo : gracieuseté

Les neuf élèves de la classe de 5e et de 6e année de Metis Beach School participent au Défi pissenlits en mai.

Les élèves de la classe de 5e et de 6e année de Metis Beach School veulent sensibiliser leur communauté à l’importance des abeilles. Le Défi pissenlit se poursuit tout le mois de mai.

Les neuf élèves de la classe de Vicki Keen veulent inviter la population de Métis-sur-Mer à protéger les abeilles. Des capsules vidéo ont été publiées sur la page Facebook « Metis Beach School » pour inciter les gens à ne pas tondre leur gazon pendant le mois de mai.

« Nous essayons de changer la croyance que les pissenlits sont des mauvaises herbes. Les jeunes ont fabriqué des dépliants pour les mettre dans les boîtes aux lettres. Chaque année, je nous inscris au programme Learning for a sustainable future (LSF). C’est un organisme qui favorise l’éducation à l’environnement. Nous avons reçu une bourse de 1000 $ pour réaliser notre projet », indique madame Keen.

« Si nous convainquons quelqu’un, il va parler dans le village de Métis-sur-Mer pour essayer de convaincre les autres. Les abeilles sont cool. Je ne les considère pas comme des insectes, mais comme des humains qui nous aident », exprime Daren Girouard qui est en 6e année.

La subvention a permis l’achat de terre, de plantes et de plants de légumes. « Les plantes et les plants ont été mis dehors cet hiver dans des bouteilles de vitres de 4 litres qui servent de serres miniatures. Des fleurs sauvages vont aussi pousser autour de l’école. Tout ça servira à la pollinisation », explique l’enseignante responsable du projet.

 Les élèves ont eux-mêmes construit des abris pour les abeilles. « Nous avons fait des abreuvoirs pour que les abeilles ne se noient pas pendant qu’elles boivent. Nous avons aussi fait une chanson pour convaincre les gens d’aider les abeilles. J’aime ça parce que je trouve que les abeilles sont importantes pour la planète », mentionne l’élève de 5e année, Raphaël Couture.

Vicki Keen est impressionnée par la motivation des jeunes de sa classe par rapport au Défi pissenlits. « Ils ne veulent même plus avoir leur heure de dîner. Ils veulent faire avancer le projet. Ils sont emballés. Ils ont demandé d’aller dans la classe de 1re et de 2e année pour expliquer ce qu’ils font et parler des abeilles. Ils ont réalisé qu’ils n’auront plus la moitié de ce qu’ils mangent si les abeilles n’existent plus. Ils ont appris beaucoup », dit-elle.

« Les abeilles sont une grande partie de notre univers. S’il n’y en avait plus, nous n’aurions plus de nourriture comme le miel, de pelouse et de fleurs pour nourrir les animaux qui nous donnent de la nourriture », ajoute Alexandre Migneault, un élève de 5e année.

L’enseignante prévoit déjà poursuivre le projet l’an prochain. Notons enfin que la Ville de Mont-Joli donnera l’exemple elle aussi en laissant ses propres terrains recouverts de la petite fleur jaune. La Ville de Rimouski étudie cette possibilité pour l’an prochain. Cette année, les contrats d’entretien étaient déjà attribués.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média