Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

17 mai 2022

Mireille Lévesque - mlevesque@lexismedia.ca

Ces Montréalais qui s’installent chez nous

RAISONS ET CONSTATS

Louis-Philippe Genet et Yvan Tremblay-Morneau ont quitté la métropole pour venir s’établir à Rimouski en juin 2021.

©Photo : gracieuseté

Louis-Philippe Genet et Yvan Tremblay-Morneau ont quitté la métropole pour venir s’établir à Rimouski en juin 2021.

Louis-Philippe Genet et Yvan Tremblay-Morneau ont quitté la métropole pour venir s’établir à Rimouski en juin 2021. Ils s’ouvrent sur les raisons de cette décision majeure prise lors du premier confinement, en pleine pandémie, et reviennent sur leur parcours.

Louis-Philippe a habité plusieurs villes, mais a principalement grandi à Gatineau. Il avait pris racine à Montréal depuis 14 ans. Son conjoint, Yvan, a grandi sur la Côte-Nord, mais était installé dans la métropole depuis 8 ans. Lors de leurs vacances chez nous à l’été 2019, ils ont réalisé à quel point la grande ville ne les rendait plus heureux. Au printemps 2020, ils enclenchaient des démarches pour concrétiser leur projet de déménagement au Bas-Saint-Laurent et, en juin 2021, ils emménageaient dans un jumelé du quartier Sacré-Cœur.

Louis-Philippe explique : « Comme plusieurs, nous sommes allés vivre à Montréal pour les études. Jeunes, cette vie effrénée et effervescente nous plaisait, mais je savais au fond de moi qu’un jour elle ne me conviendrait plus. Mon copain est un amant de la faune et de la flore et, à Montréal, nous habitions un petit logement au bas d’un immeuble à trois étages avec une cour asphaltée sans verdure. Nous avions un minuscule balcon avec quelques plans qui y poussaient, mais les voisins avaient une vue directe dessus par les 20 autres balcons autour. Donc, nous n’avions aucune intimité. »

Ils ont envisagé la vie de banlieue pour répondre à leur besoin d’espace sans se ruiner et s’étourdir, mais elle ne s’avérait pas assez abordable pour eux. « Nos attentes, à Rimouski, ont été comblées. Comme courtier immobilier, je travaille de manière professionnelle et productive, mais sans me stresser pour atteindre des standards ultra-compétitifs imposés par la ville. Il n’y a pas de trafic, mon conjoint a accès à un autobus de ville qui passe sur notre rue et lui permet d’être à l’épicerie où il travaille en 30 minutes et il peut regarder le fleuve en patientant. »

Seul bémol, même si Louis-Philippe Genet se considère chanceux d’avoir pu acheter une maison avec une offre d’achat acceptée alors que les visites n’avaient pas encore commencé, il sait que ne se loge pas qui veut à Rimouski : « Avant d’arriver, je voyais une annonce pour un appartement à louer à Rimouski en ligne et, même si je contactais le propriétaire, 50 personnes indiquaient l’avoir fait en moins d’une heure. D’où l’importance de bien planifier et de faire les choses à son rythme lorsqu’on souhaite mettre en œuvre un projet comme le nôtre. » Pour en apprendre plus sur son parcours et celui de son conjoint, vous pouvez écouter, en rediffusion, l’épisode 4 de la saison 2 de Le grand move sur le site noovo.ca.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média