Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

19 mai 2022

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

80 millions $ pour favoriser l’attraction et la rétention des étudiants étrangers en région

ÉTUDES POSTSECONDAIRES EN FRANÇAIS

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet.

©Photo : archive L'Avantage

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet.

Québec annonce 80 millions de dollars répartis sur quatre ans pour encourager les étudiants étrangers à entreprendre des études postsecondaires en français en région.

Cette nouvelle mesure annoncée ce jeudi à Rimouski par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, permettra aux étudiants étrangers qui répondent aux critères d’admissibilité d’être exemptés de payer les droits de scolarité supplémentaires qui leur sont habituellement applicables.

À titre d’exemple, le coût moyen annuel pour un étudiant étranger sans exemption s’élève à près de 17 000 $ au niveau collégial et à quelque 24 000 $ au premier cycle universitaire. Dès l’entrée en vigueur de la mesure, prévue à l’automne 2023, et jusqu’à leur diplomation, les étudiants étrangers admissibles payeront les mêmes droits de scolarité de base que l’ensemble de la clientèle étudiante québécoise, soit aucuns frais au collégial, et près de 3000 $ pour une étudiante ou un étudiant inscrit à temps plein au premier cycle universitaire. Ils pourront également, pendant leurs études, occuper un emploi jusqu’à 20 heures par semaine et ainsi répondre à des besoins de main-d’œuvre d’employeurs en région.

Pour être admissibles, les étudiants devront fréquenter un établissement d’enseignement supérieur en région, soit à l’extérieur du territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), et poursuivre à temps plein un programme d’études en français, ciblé dans le cadre de l’Opération main-d’œuvre dans l’un des secteurs priorisés, soit les secteurs des technologies de l’information, du génie, de la santé et des services sociaux, de l’éducation, et de l’éducation à la petite enfance.

Cette mesure vise à attirer et à favoriser l’établissement durable d’étudiants étrangers dans les régions du Québec. Cet investissement leur permettra de suivre des formations dans des secteurs en forte pénurie de main-d’œuvre. À la suite de leur diplomation, plusieurs d’entre-deux pourront obtenir un emploi en région, et appliquer à l’un des programmes d’immigration permanente. Cette initiative a également pour objectif de favoriser une plus grande régionalisation de l’immigration, alors que la grande majorité des étudiants étrangers et des personnes immigrantes s’établissent davantage dans la Communauté métropolitaine de Montréal.

« On a l’ambition de faire progresser le nombre d’individus immigrants en région. Je suis donc très heureux d’annoncer cette nouvelle mesure qui aura un impact encore plus grand dans le parcours académique des personnes immigrantes et dans leur établissement au Québec. C’est gagnant pour favoriser l’apprentissage du français et, par conséquent, assurer une intégration durable aux valeurs de notre société. L’apport des étudiants étrangers n’est plus à démontrer. Cette mesure témoigne de la volonté du gouvernement de travailler à la régionalisation de l’immigration en facilitant la venue de force vive autant pour nos institutions que pour la vitalité économique et sociale du Québec. C’est gagnant pour tous », commente le ministre Jean Boulet.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média