Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

16 juin 2022

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Une enseignante rimouskoise reçoit un prix national

RECONNAISSANCE

La lauréate du Prix d’histoire du Gouverneur général pour l’excellence en enseignement 2021, Denise LeBlanc.

©Photo : gracieuseté

La lauréate du Prix d’histoire du Gouverneur général pour l’excellence en enseignement 2021, Denise LeBlanc.

L’enseignante à l’école du Grand-Pavois – de Saint-Yves de Rimouski, Denise LeBlanc, est lauréate du Prix d’histoire du Gouverneur général pour l’excellence en enseignement 2021.

Madame LeBlanc s’est vue remettre ce prix après avoir mis sur pied, pendant l’année scolaire 2020-2021, un projet pour sensibiliser les élèves de sa classe de 5e et de 6e  année aux événements entourant l’Holocauste, ainsi qu’aux concepts d’antisémitisme et de racisme.  

« Je suis très surprise et très honorée de recevoir ce prix. En même temps, je suis heureuse parce que c’est ce que je fais depuis tout le temps d’intégrer des matières dans des projets. C’est venu me dire que même si j’enseigne dans une petite école à Rimouski-Est, mes pratiques sont jugées innovantes », affirme-t-elle.  

Chaque année, l’enseignante lit le livre « L’agneau qui ne voulait pas être un mouton » à ses élèves. Les auteurs de cette histoire se sont inspirés d’un poème écrit par un pasteur allemand pendant la Deuxième Guerre mondiale. 

« Ils ont été impressionnés de voir que des Allemands se sont portés à la défense des Juifs. Nous sommes allés sur la ligne du temps et il y avait beaucoup d’intérêt, plus que lors des années précédentes. Plusieurs élèves étaient au courant et ils m’ont demandé d’approfondir le sujet de la Deuxième Guerre mondiale », dit-elle.  

Denise LeBlanc a découvert que le Musée de l’Holocauste de Montréal offrait un atelier d’accompagnement pour les enseignants du 3e cycle du primaire. Il proposait l’activité « Le cœur d’Auschwitz ».  

« On découvrait un cœur qui avait été fabriqué clandestinement dans le camp de concentration Auschwitz par une résidente. Elles ont été 21 femmes à écrire dedans pour l’anniversaire d’une autre prisonnière. Je suis partie de ça et nous avons déployé le projet. Nous avons travaillé sur un livre en français et nous avons fabriqué un cœur en arts », explique-t-elle.  

Le projet, qui s’est déroulé sur 10 mois, a aussi été intégré aux cours univers social ainsi qu’étique et culture religieuse. Madame LeBlanc a favorisé les moments de réflexion et de discussion pour que les jeunes tissent des liens entre le passé et le présent et qu’ils développent leur empathie historique tout en utilisant les technologies.  

« Au-delà de la didactique, je pense que mes élèves vont se donner un devoir de mémoire. Ils font des liens avec ce qui se passe maintenant. Certains de mes élèves qui étaient en 5e année sont encore avec moi cette année et nous continuons le projet. Ils peuvent comprendre l’importance de l’immigration et ça donne une ouverture sur le monde », indique l’enseignante.  

Anne Marguet du Musée de l’Holocauste de Montréal a soumis la candidature de Denise LeBlanc pour le prix. Elle a été charmée par sa personnalité dynamique et l’intérêt des élèves pour le projet.  

« Une fois qu’Ottawa a accepté, j’ai dû soumettre mon projet. J’ai préparé un document de 33 pages. Ça a été un gros travail de rédaction et j’ai fourni des vidéos des élèves. En raison de la pandémie, je vais recevoir la médaille à l’automne en même temps que les lauréats 2022 », conclut l’enseignante.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média