Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

14 juillet 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Le Parti québécois présente son équipe dans l'Est-du-Québec

ÉLECTIONS PROVINCIALES 2022

PQ Matane

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Rimouski

Joël Arseneau, Alexis Deschênes, Pascal Bérubé, Méganne Perry Mélançon et Samuel Ouellet

Le Parti québécois a présenté officiellement ses candidats de l'Est-du-Québec en vue des prochaines élections provinciales qui se tiendront en octobre prochain.

Bien que les candidats étaient déjà connus du public, l'événement avait pour but d'aller plus en détails dans le parcours des différents candidats, de parler des priorités du parti et de répondre aux questions des médias.

Pascal Bérubé, qui sollicite un autre mandat dans Matane-Matapédia, n'a aucun adversaire connu pour le moment. Même scénario pour Méganne Perry Mélançon dans Gaspé qui est toujours seule en lice au moment d'écrire ces lignes. Quant à Joël Arseneau, il tentera à nouveau de se faire élire aux Îles-de-la-Madeleine.

Pour cette élection, deux nouveaux candidats s'ajoutent au bloc de l'Est, soit Samuel Ouellet qui briguera les suffrages dans l'ancien fief de Rimouski-Neigette d'Harold LeBel tandis qu'Alexis Deschênes, tentera de succéder à Sylvain Roy qui a annoncé qu'il ne serait pas candidat en octobre prochain.

Le Parti québécois s'est présenté comme l'opposition « la plus crédible » du dernier mandat à l'Assemblée nationale. « Nous avons fait des propositions concrètes et ç'a porté ses fruits. Nous avons talonné le gouvernement sur le dossier des hydrocarbures, sur la crise du logement, sur la santé et les services de garde et nous avons fait des gains », a lancé le député Joël Arseneau.

Quant à Pascal Bérubé, il a réaffirmé son engagement envers la région et ses concitoyens et a martelé que tous les candidats qui se présentent de Rimouski jusqu'aux Îles ont un profond attachement au territoire. « Le Parti québécois est la première force dans l'Est-du-Québec. Nous avons fait élire cinq députés dans ces cinq circonscriptions et je suis confiant que nous pourrons faire réélire nos candidats dans ces cinq mêmes circonscriptions. »

Du côté de Méganne Perry Mélançon, elle tentera de remporter une deuxième élection dans Gaspé. Elle estime que la formation politique qu'elle représente a réussi à faire des gains importants pour la région. « Nous avons mené de front plusieurs batailles sur le plan économique et social. » Le dossier des aînés, du logement social et des hydrocarbures sont trois enjeux qui ont d'ailleurs été débattues par la députée de Gaspé à l'Assemblée nationale.

Par la suite, Samuel Ouellet et Alexis Deschênes ont été présenté comme des candidats solides et dynamiques possédant un imposant bagage d'expérience, d'un côté comme attaché politique et de l'autre comme journaliste et avocat. « Nous envoyons le message que nous sommes les représentants de la région et non les représentants d'une formation politique à Québec. Il n'y aura pas de compromis, ce sera l'Est-du-Québec d'abord », a déclaré Samuel Ouellet.

« Nous vivons dans une époque de tourments depuis la pandémie avec la pénurie de logements, la pénurie de main-d'œuvre, la pénurie de places en garderie et l'inflation galopante. C'est pourquoi la région a besoin d'équipe solide, connectée sur son monde. On réclame le pouvoir de décider des politiques publiques qui s'appliquent à nos circonscriptions », a pour sa part lancé Alexis Deschênes.

Finalement, on a demandé aux candidats s'ils craignaient d'avoir une aussi faible députation à l'Assemblée nationale et comment ils ont vécu cette réalité lors du dernier mandat. « Le respect est là pour chacun des députés du Parti québécois et nous avons la liberté de parole. Les prix octroyés par les autres membres de l'Assemblée nationale à l'égard de trois députés du Parti québécois en témoignent », a répondu Pascal Bérubé.

Pour le Parti québécois, la recette gagnante pour obtenir des gains de la part du gouvernement n'a pas passé par le nombre de députés, mais bien par la qualité du travail de ces derniers.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média