Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

20 juillet 2022

Mireille Lévesque - mlevesque@lexismedia.ca

Le Crêpe Chignon change de mains

CONCEPT PRÉSERVÉ

Jinny Ross, Stéphanie Proulx, Laurence Marquis et Nicolas Horth.

©Photo : gracieuseté

Jinny Ross, Stéphanie Proulx, Laurence Marquis et Nicolas Horth.

La populaire crêperie rimouskoise de la rue de la Cathédrale fondée par Jinny Ross et Stéphanie Proulx en 1998 a de nouveaux propriétaires depuis le 1er juin dernier : Laurence Marquis et Nicolas Horth.

Les deux Rimouskois d’origine ont acquis ensemble le Capitaine Homard il y a deux ans et rêvaient depuis plusieurs années, alors qu’ils habitaient la métropole, d’avoir un café-restaurant chaleureux où les gens pourraient se rassembler. Nicolas Horth explique : « J’ai travaillé longtemps au Capitaine Homard avant de l’acheter, j’ai commencé au bas de l’échelle. J’étudiais en ville l’automne et l’hiver et revenait chaque été travailler là-bas comme je suis du coin. J’ai été ensuite gérant et bras droit de l’ancien propriétaire avant d’en devenir acquéreur. J’étais conscient, tout comme ma copropriétaire qu’il s’agissait d’une institution en place depuis 1968 à préserver, ce que nous souhaitions faire, la gérer sans la dénaturer. La transaction s’étant conclue en pleine pandémie en avril 2020, les choses n’ont pas toujours été faciles, mais nous sommes contents de ce que nous y avons accompli. »

Le Capitaine Homard étant un établissement saisonnier, ils désiraient son associée et lui, avec l’achat du Crêpe Chignon, miser sur une stabilité annuelle. « Les employés du Crêpe pourront également travailler au Capitaine Homard l’été s’ils souhaitent faire plus d’heures et vice versa. Nous allons aussi éventuellement faire le pont entre les deux restaurants, peut-être en mettant au menu une crêpe spéciale aux fruits de mer, la Capitaine Homard. Mais que les habitués du Crêpe Chignon ne s’inquiètent pas, nous n’allons pas dénaturer cette institution mythique, les gens y sont attachés et ont un sentiment d’appartenance à leur crêperie. Je sais que plusieurs ont des appréhensions, car même certains de mes amis m’ont écrit pour me dire de ne pas enlever leur crêpe préférée du menu. Nous allons conserver les recettes, l’excellent service à la clientèle et la chaleur du lieu. »

Nicolas Horth compte d’ailleurs se former aux côtés de Stéphanie, l’une des anciennes propriétaires, qui l’épaulera jusqu’en septembre, afin de bien effectuer la « passation des pouvoirs ». Quant à son ex-associée Jinny, elle a quitté en juin pour relever d’autres défis. « J’ai la chance d’apprendre de l’une des meilleures en ce moment par rapport aux pratiques de gestion d’employés et de service à la clientèle, souligne Nicolas, donc je vais seulement essayer de chausser ses souliers pendant un an avant de penser à des améliorations ou ajouts qui viendront bonifier l’offre sans dénaturer l’institution. »

Nicolas Horte du Crêpe Chignon

©Photo : Mireille Lévesque – L’Avantage

Nicolas Horth, rencontré au Crêpe Chignon ce 20 juin 2022.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média