Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

06 septembre 2022

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

La légende de la mine de ketchup prend vie

NOUVEAUTÉ

Le propriétaire de la Mine de ketchup, Guillaume Paradis.

©Photo : gracieuseté

Le propriétaire de la Mine de ketchup, Guillaume Paradis.

La Mitis a maintenant son usine de ketchup. Un jeune entrepreneur de Padoue fait revivre une légende de son village. Après deux années de travail, la Mine de Ketchup a vu le jour au mois de juillet.

Guillaume Paradis a toujours entendu parler de la légende de la mine de Ketchup.  À l’époque, il y aurait eu une usine d’ocre rouge à Padoue. Les mineurs sortaient tachés et se faisaient dire qu’ils travaillaient dans une mine de ketchup.

« Quand l’école primaire de Padoue était ouverte, un professeur avait toujours des projets plaisants pour les jeunes. Avant qu’elle ferme, les élèves avaient fait du ketchup en s’inspirant de l’histoire de la mine de ketchup », explique le propriétaire de la nouvelle entreprise.  

C’est de là qu’est née l’idée de Guillaume Paradis d’ouvrir une usine de ketchup à Padoue. Le jeune homme de 29 ans a quitté son village natal pour les études. Lorsque la pandémie a frappé, en 2020, il a décidé de revenir s’y installer.

« J’étais à Montréal depuis l’âge de 20 ans. En revenant à Padoue, j’ai décidé de relancer le projet dès mon arrivée. J’ai étudié en sommellerie et j’ai travaillé dans le domaine de la restauration. Mon rêve était de travailler dans le même milieu en revenant ici. Ce projet est venu à moi et toute la communauté était contente et derrière moi », dit-il.

Guillaume Paradis a travaillé sur son projet pendant deux ans avant d’ouvrir son usine en juillet dernier.

« Mon père a une entreprise de construction à Padoue. J’ai eu la chance d’avoir un terrain et il a bâti l’usine avec moi. C’est un projet qui est devenu familial et je suis très bien entouré », exprime-t-il.

En plus de fabriquer du ketchup, l’entrepreneur offre également de la salsa. Il utilise le plus possible des produits locaux.

« Présentement, je suis l’unique employé. Je suis dans l’attente d’une machine qui devait arriver en mars. Dès que je la recevrai, les deux employées que j’ai engagées pourront commencer à travailler avec moi. Je vais pouvoir augmenter la production », mentionne Guillaume Paradis.

Pour l’instant, le propriétaire de la Mine de Ketchup en est à la première phase de son projet avec la création de l’usine. D’ici l’été prochain, il compte travailler sur la section touristique de son entreprise. 

« Nous sommes déjà ouverts au public, mais la partie touristique n’est pas terminée. Il y a une section vitrée qui permet de voir la production. Cet été, j’ai accueilli le camp de jour de Saint-Octave et j’aimerais recevoir d’autres jeunes des écoles. Je veux que tout soit accessible », affirme-t-il.

Avec ses infrastructures actuelles, Guillaume Paradis pourrait engager jusqu’à huit personnes. Son rêve est de créer une troisième phase à son projet pour ajouter des serres sur son terrain, ce qui lui permettrait de créer d’autres emplois dans la région.

La mine de Ketchup est située au 177, rue Laflamme et elle est ouverte du lundi au vendredi de 8 h à 17 h. Les produits sont disponibles au marché public de Sainte-Luce les dimanches et dans plusieurs restaurants de la région.

Le ketchup de la Mine de ketchup.

©Photo : gracieuseté

Le ketchup de la Mine de ketchup.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média