Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

21 septembre 2022

Mireille Lévesque - mlevesque@lexismedia.ca

Serviloge demande des engagements politiques

LOGEMENTS LOCATIFS

Mario Canuel, président du CA de Serviloge, Francine St-Cyr, présidente de Serviloge, et Guy Caron, maire de Rimouski.

©Photo : Journal L’Avantage – Mireille Lévesque

Mario Canuel, président du CA de Serviloge, Francine St-Cyr, présidente de Serviloge, et Guy Caron, maire de Rimouski.

L’organisme mandaté pour transformer la maison mère des sœurs en vue d’y inclure notamment une quarantaine de logements locatifs sociaux lors de la première phase des travaux est incapable d’ouvrir le chantier en raison de « l’explosion des coûts de construction ».

Ce 20 septembre, la présidente de Serviloge – Francine St-Cyr – tenait un point de presse en compagnie du maire de Rimouski – Guy Caron – pour s’adresser aux candidats se présentant aux élections provinciales du 3 octobre. Le message des deux intervenants était clair : « Faites de l’accès au logement votre priorité numéro un et engagez-vous à supporter le projet immobilier visant la requalification de la maison mère des sœurs. »

Francine St-Cyr expliquait : « Jusqu’ici, nous avions que de bonnes nouvelles. Il y a un an, nous annoncions que nous avions obtenu le financement pour la construction de 44 logements sociaux (7,77 M $). En juillet 2022, nous annoncions un second projet permettant d’ajouter 47 logements abordables supplémentaires (il a été reçu, mais le montant de la subvention reste à confirmer). Malheureusement, le coût des matériaux de construction et de la main-d’œuvre ont monté en flèche et cela devient difficile de démarrer les travaux sans bonification des subventions. »

Elle affirmait que la Ville a investi, selon ce qui est exigé par les politiques gouvernementales, 10 % (700 000 $) dans le premier projet, mais que pour le second, avec l’augmentation des coûts, elle devrait fournir au-delà de 6 M $. « Ça devient difficile à assumer pour des municipalités comme Rimouski qui n’ont pas la capacité de taxation des grandes villes comme Montréal », soulignait le maire Guy Caron.

Le taux d’inoccupation des logements (0,2%) étant toujours préoccupant chez nous, celui-ci demandait concrètement aux représentants des différents partis de prévoir une bonification substantielle des subventions pour financer adéquatement les deux projets de construction; une adaptation des modalités des programmes d’habitation; la mise en place d’un groupe de travail interministériel, dont Serviloge et la Ville feraient parti, pour favoriser ce projet de requalification d’un point de vue global.

Le maire de Rimouski concluait : « Alors que 400 ménages sont en attente d’un logement sur la liste de l’Office d’habitation Rimouski-Neigette et que 22 % des ménages dans la MRC de Rimouski-Neigette sont à faible revenu, la priorité, dans la campagne actuelle, c’est le logement : logement, logement, logement. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média