Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

28 septembre 2022

Mireille Lévesque - mlevesque@lexismedia.ca

Un ultime affrontement avant le vote

ARGUMENTS EN RAFALE

Maïté Blanchette Vézina, Carol-Ann Kack, Maude Rivard, Claude Laroche et Samuel Ouellet.

©Photo Journal L’Avantage – Mireille Lévesque

Maïté Blanchette Vézina, Carol-Ann Kack, Maude Rivard, Claude Laroche et Samuel Ouellet.

Le dernier débat électoral conviant les candidats aux élections provinciales dans Rimouski-Neigette avait lieu le mardi 27 septembre dès 15 h à la Salle Georges-Beaulieu du Cégep de Rimouski. Les représentants des principaux partis ont pu s’exprimer sur divers enjeux de l’heure.

La joute orale était diffusée en direct sur les ondes d’Ici Radio-Canada Première via l’émission « Même fréquence » animée par Maude Rivard. Plusieurs étudiants occupaient les lieux puisque les discussions se déroulaient à l’amphithéâtre du Cégep de Rimouski et que l’institution scolaire avait même participé à l’organisation de l’événement. Les citoyens de tous les horizons étaient également invités à se joindre à eux pour poser leurs questions à la suite du débat. Les internautes pouvaient de surcroît suivre le tout en Facebook Live sur la page « ICI Bas-Saint-Laurent » ou écouter l’émission en rattrapage sur la page de « Même fréquence ».

Maïté Blanchette Vézina (CAQ), Carol-Ann Kack (QS), Claude Laroche (PLQ) et Samuel Ouellet (PQ) – en ordre d’apparition sur la photo – ont pu s’exprimer une fois de plus sur des préoccupations majeures concernant le Bas-Saint-Laurent et tenter de convaincre l’électorat qu’ils détenaient les solutions à appliquer concrètement dans Rimouski-Neigette. L’accès au logement, l’inflation, l’éducation, les places en garderie et l’environnement figuraient parmi les principaux sujets abordés.

Crise du logement

Maude Rivard a ouvert le débat en demandant aux candidats quels types de projets de création de logements ils comptaient mettre en place et comment ils entendaient les financer. Les représentants de Québec solidaire, du Parti québécois et du Parti Libéral ont d’emblée ciblé la porte-parole de la CAQ en reprochant à son chef, actuellement au pouvoir, d’avoir abandonné le programme AccèsLogis Québec pour financer le privé afin de créer des logements sociaux; une mesure qui, selon eux, n’a aucun sens dans un contexte où les promoteurs immobiliers chercheront à se dégager une marge de profit.

Elle a aussitôt répliqué en soutenant que la CAQ n’avait pas abandonné le programme en question, mais que celui-ci avait temporairement été suspendu puisqu’il nécessitait des ajustements. Pour elle, il faut miser, oui sur le logement social, mais également sur tous les types de logements abordables, aussi ceux destinés à la classe moyenne. Carol-Ann Kack affirmait que son chef promettait 1 100 logements sociaux créés par le « public » au Bas-Saint-Laurent sur deux mandats pour combler le retard accumulé en la matière.

Samuel Ouellet soutenait qu’en sortant la création de logements sociaux du marché privé et en appuyant des projets comme celui des Sœurs du Saint-Rosaire mené par Serviloge et la création de mini fermettes dans les villages environnant Rimouski (en dézonant des lots intramunicipaux) on pourrait répondre à la demande des 400 ménages en attente d’un logement dans la MRC. Claude Laroche proposait, de son côté, de récupérer des lieux commerciaux désertés en raison du télétravail pour les transformer en logements, alors que le télétravail gagne en popularité depuis la pandémie.

Inflation

L’augmentation du coût de la vie figurait également parmi les sujets qui ont enflammé les candidats. Samuel Ouellet misait, pour régler le problème, sur un meilleur financement des organismes communautaires et des employés qui y œuvrent et sur le fait de doubler le crédit d’impôt pour solidarité sociale, des mesures qu’il disait plus structurantes que de « donner des chèques à droite et à gauche », qui finalement ne serviront à rien, selon lui, sinon à payer des dettes alors que l’inflation continue de grimper. Maïté Blanchette Vézina a, à ce propos, parlé du Bouclier anti-inflation de la CAQ permettant, notamment, de remettre un montant ponctuel de 600 $ à la fin de l’année aux personnes ayant un revenu annuel de moins de 50 000 $. Elle a aussi souligné sa croyance en l’importance de créer de la richesse pour la redistribuer.

Carol-Ann Kack a mentionné que Québec solidaire prévoyait taxer les « grandes fortunes », geler les tarifs d’Hydro-Québec et enlever la TVQ sur les biens essentiels, puisque « maintenant que les aliments sont plus chers, des employés travaillant à temps plein ont recours aux banques alimentaires ». Elle a aussi rappelé le désir de son parti d’augmenter le salaire minimum à 18 $ de l’heure. Claude Laroche a avancé, pour avoir connu les deux situations – vivre dans la pauvreté et profiter d’un niveau de vie relativement aisé – qu’il importe d’aider les plus démunis et de faire en sorte qu’un citoyen honnête qui se rend au travail chaque jour arrive à joindre les deux bouts.

Pour connaître l’intégralité des discussions afin de faire un choix éclairé en vue des élections provinciales du 3 octobre, cliquez ici.

©Photo : Mireille Lévesque – L’Avantage

©Photo : Mireille Lévesque – L’Avantage

©Photo : Mireille Lévesque – L’Avantage

©Photo : Mireille Lévesque – L’Avantage

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média