Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

23 novembre 2022

Mireille Lévesque - mlevesque@lexismedia.ca

Harold LeBel est déclaré coupable d’agression sexuelle

VERDICT DU JURY

Harold LeBel, ex-député de Rimouski, quelques minutes avant son verdict de culpabilité pour agression sexuelle ce 23 novembre vers 15 h 40.

©Photo Journal L’Avantage – Mireille Lévesque

Harold LeBel, ex-député de Rimouski, quelques minutes avant son verdict de culpabilité pour agression sexuelle ce 23 novembre vers 15 h 40.

Ce 23 novembre vers 15 h 40, l’ex-député de Rimouski Harold LeBel a été déclaré coupable d’agression sexuelle au palais de justice de Rimouski.

Le juge Serge Francoeur a demandé formellement aux douze membres du jury sur les lieux si oui ou non Harold LeBel était reconnu coupable d’agression sexuelle. La réponse de la personne, parmi eux, qui agissait à titre de porte-parole fut : « Oui. » Le juge Francoeur a ensuite demandé si le verdict était unanime. Ceux qui étaient présents dans la salle ont à nouveau pu entendre clairement : « Oui. »

L’audience a été ajournée quelques minutes avant de reprendre à 16 h. Lors de sa sortie du palais de justice, monsieur LeBel et ses avocats n’ont émis aucun commentaire aux médias. Lors du retour dans la salle de cour, Me Maxime Roy – l’avocat de l’ex-député de Rimouski – a dit que c’était « un choc pour tous » de recevoir le verdict et a proposé de discuter plus tard de la suite des choses. Il a donc été convenu entre les avocats de la défense, de la Couronne et le juge qu’une rencontre aurait lieu à cet effet virtuellement le 6 décembre 2022 à 14 heures.

À sa sortie du palais de justice, à la toute fin de l’audience, Harold LeBel et ses avocats sont demeurés muets devant les membres des médias. L’avocate de la Couronne, Me Manon Gaudreault, a émis quelques commentaires, notamment qu’elle était très satisfaite du verdict rendu. À la question « Croyez-vous que ça va donner le courage aux victimes de porter plainte ? » elle a répondu « J’ose l’espérer ».

Celle-ci a spécifié également, lors d’une demande de précision sur le sujet, que la Couronne n’avait pas appelé le troisième témoin parce que, selon son équipe et elle, cela n’apportait rien au débat. Elle a ajouté que les témoins n’appartiennent à personne et que n’importe lequel d’entre eux aurait pu être appelé par l’un ou l’autre des partis. Alors que l’avocat de la défense, Me Roy, parlait de choc, Me Gaudreault a dit être plutôt soulagée.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média