Procréation assistée - Place à la réflexion

Face aux enjeux éthiques et les choix sociaux

Réal-Jean Couture redaction_rimouski@tc.tc
Publié le 21 juillet 2014
La procréation assistée oblige une profonde réflexion quant à ses avenues.
(Photo: Archives TC Media)

La Commission de l'éthique en science et en technologie du Québec accueille favorablement la recommandation du Commissaire à la santé et au bien-être de mettre en place une Table de concertation en éthique de la procréation assistée soutenue par un organisme permanent tel que la Commission.

Elle partage l'avis du Commissaire à l'effet qu'il faut se pencher de manière prioritaire sur le sort des embryons surnuméraire et la gestation pour autrui. Cependant, elle estime que le droit pour un enfant de connaitre ses origines est aussi une question extrêmement importante qu'il faut aborder.

La présidente, Me Édith Deleury, se réjouit des recommandations faites au ministre de la Santé et des Services sociaux. Elle croit que la Commission de l'éthique, dont le mandat est d'instaurer une réflexion ouverte, pluraliste et permanente sur les enjeux éthiques des avancées scientifiques et technologiques, est l'organisme tout désigné pour aborder ces questions qui soulèvent des enjeux fondamentaux.

Commission de l'éthique en science et en technologie

La mission de la Commission de l'éthique en science et en technologie consiste, d'une part, à informer, sensibiliser, recevoir des opinions, susciter la réflexion et organiser des débats sur les enjeux éthiques du développement de la science et de la technologie.

D'autre part, elle propose des orientations susceptibles de guider les acteurs concernés dans leur prise de décision.

La Commission, instituée en 2011, se compose de 13 membres dont la crédibilité et l'objectivité sont reconnues dans leur milieu. Elle s'assure ainsi d'une totale indépendance morale dans la réalisation de sa mission. Pour plus de renseignements, visiter le www.ethique.gouv.qc.ca.