Sections

Les Échos du palais de justice de Rimouski-14 mai


Publié le 14 mai 2018

Le palais de justice de Rimouski.

©Photo TC Média - Alexandre D'Astous

Voici quelques décisions prises par la juge de la Cour du Québec, Andrée St-Pierre, ce lundi matin au palais de justice de Rimouski.

Agression sexuelle : Donald Caron demande une enquête préliminaire

Faisant face à deux chefs d’accusation d’agression sexuelle, Donald Caron a demandé la tenue d’une enquête préliminaire précédent le procès ce lundi matin au palais de justice de Rimouski. En l’absence de l’accusé, son avocat, Me Bruno-Gabriel Vargas, a annoncé vouloir faire entendre un témoin lors de l’enquête prévue pour une durée de 90 minutes. Caron avait plaidé non coupable le 26 mars dernier.

Coupable de menaces, mais absout

Un jeune homme de 18 ans a été absout conditionnellement au respect d’une probation de 24 mois après avoir plaidé coupable à une accusation d’avoir proféré une menace d’endommager les biens de son père. « Le 25 septembre 2017, mon client accueille sa mère qui revient d’une séance de médiation avec son père et qui lui dit que ça n’a pas bien été. Mon client prend le bottin pour appeler son père et lui dire de les laisser tranquilles et que s’il passe de nouveau dans le secteur de leur résidence, qu’il va lui crever ses pneus», relate son avocate, Me Caroline Bérubé. L’accusé, que nous n’identifierons pas en raison de son absolution, n’avait aucun antécédent criminel chez les adultes. Il devra effectuer 50 heures de travaux communautaires. « On mise sur votre réhabilitation. Vous devez comprendre qu’on ne peut pas dire ce qu’on veut à qui on veut», a lancé la juge Andrée St-Pierre à l’homme souffrant de troubles en santé mentale.

Déclaré inapte à comparaître

La juge Andrée St-Pierre accorde une suspension d’instance à Jean-Luc Lord sur une recommandation du Tribunal administratif du Québec. « Monsieur ne sera plus jamais apte à comparaître», indique la procureure de la Couronne, Me Éliane Beaulieu.