Pousse pas ta <em>luck</em>, laisse-moi la <em>puck</em>

Publié le 25 février 2015

Un match intense se joue présentement dans l’amphithéâtre de Gaspé alors que l’équipe locale doit partager la patinoire avec un club junior qui est loin de faire l’unanimité. L’équipe du Grand Gaspé souhaite ne pas voir évoluer cette formation dans sa ligue.

Rappelons que l’équipe junior Pétrolia a écarté du jeu son vétéran-capitaine André Proulx une première fois en septembre 2013 avant de l’exclure définitivement de l’organisation en mai 2014, après que celui-ci eut offert aux médias d’incendiaires déclarations sur les stratégies de jeu de son équipe. (1) Ses propos n’ont laissé personne indifférent, d’autant plus qu’on sait que l’organisation détient en ses rangs un étrange partenaire accusé de corruption dans ce qui apparaît être l’un des plus gros scandales de l’histoire moderne des entreprises. (2)

Les admirateurs suivent de près l’équipe de Gaspé qui domine largement au classement grâce à sa vision du jeu et à sa capacité d’analyse. Un sondage mené par la station CHAU TVA dans la semaine du 2 février confirme que 81% des gens sondés sont contre le développement de l’industrie pétrolière à Gaspé. D’ailleurs, où est passé ce sondage? (3)

Depuis longtemps, la junior Pétrolia s’entraîne près de la ligne rouge qui se situe à environ 350 m du banc des joueurs de Gaspé, lieu fièrement gardé de leur irremplaçable réserve d’eau potable. De plus, le nouveau capitaine Gagnon utilise des stratégies peu édifiantes en ciblant et en s’attaquant personnellement à la «gardienne» du Grand Gaspé. À coup de double-échec, il affirme que «… c’est une opposante point… qui cherche simplement à nuire… qui n’est pas crédible». (4) De tels propos envers la cerbère sont une insulte et remettent en cause la capacité de jugement de son auteur qui en ajoutait la semaine dernière en affirmant: «on sait qu’elle aime s’opposer pour s’opposer». (5)

Poussant l’audace, Gagnon attaque même le jeu de puissance de Gaspé, qui applique pourtant un style propre et logique défendant sa raison d’être: l’eau potable. Ses paroles ne sont pas passées sous silence, semant la hargne chez la majorité qui croit qu’il n’y a pas de place pour l’équipe junior spéculatrice aux stratégies douteuses si près de leur inestimable ressource naturelle. Cette technique de jeu est non sans évoquer celle de Proulx. (6) Rappelons que du côté de Pétrolia et Gagnon, le jeu de puissance ne pourrait tenir le coup que 23 jours si l'estimation des réserves de pétrole s'avère véridique. (7)

Pourquoi donc être aussi méprisant envers la porte-couleur du Grand Gaspé? Gagnon et sa troupe de petites ligues ne sont certainement pas sur le chemin de l’acceptabilité sociale. Il semble même que l’organisation ait maille à partir avec tout le monde autour d’elle. (5) Gageons que les propos simplistes du capitaine y sont pour quelque chose. Il est évident qu’il ne peut s’en prendre au style de jeu d’une équipe qui protège brillamment son territoire, une formation qui n’acceptera pas l’intrusion d’une organisation préconisant un jeu agressif, égocentrique et insultant qui explique peut-être l’ambivalence du maire actuel de Gaspé! (8)

Somme toute, il peut être frustrant pour un joueur de la trempe de Gagnon d’avoir à accepter qu’il n'aura probablement jamais les moyens de ses ambitions, et qu’il est voué à demeurer dans les ligues mineures, ou même à jouer sur le banc…

 

Benoit St-Hilaire

24 février 2015

Rimouski

 

1. http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/05/20/andre-proulx-raisons-depart-petrolia_n_5360680.html

2. http://www.vigile.net/L-etrange-nouveau-partenaire-de

3. https://www.facebook.com/groups/164055950323121/permalink/808424835886226/

4. http://www.facebook.com/video.php?v=866660080046293

5. http://www.lepharillon.ca/2015/02/19/les-relations-de-petrolia-avec-le-milieu

6. http://www.hebdosregionaux.ca/gaspesie/2013/01/30/le-maire-roussy-exige-des-excuses

7. http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/428231/petrolia

8. http://www.lepharillon.ca/2015/02/20/daniel-cote-demeure-ambivalent-sur-le-developpement-petrolier