Le para baseball fait ses premiers pas à Rimouski

Charles Lepage charles.lepage@tc.tc
Publié le 11 août 2016

TEST. Le programme « Challengeur » de Baseball Québec fournit une occasion aux enfants souffrant de handicaps cognitifs ou physiques de jouer au baseball dans une division créée spécifiquement pour leurs besoins particuliers. Le para baseball n’existe pas à l’extérieur de la région de Montréal. Une première tentative d’implanter ce programme à Rimouski a vu le jour le jeudi 11 août.

Grâce à l’initiative de deux passionnés de baseball, Alain Dumas, membre de l’exécutif du club de baseball Jr B de Rimouski et Gabriel Cyr, joueur du club Jr Dooly’s 2B, un groupe de 18 enfants handicapés recrutés auprès de Répit-Loisirs-Autonomie a eu la possibilité de s’amuser en jouant au baseball, dans un environnement sécuritaire, où le pointage n’avait aucune importance.

« Aujourd’hui, nous voulons voir s’il n’y aurait pas moyen d’aller plus loin dans ce type d’activité. Nous, on prétend que le baseball est accessible à tout le monde », commente Alain Dumas. Sous le thème « Tout le monde au baseball », l’équipe de baseball Jr et son exécutif, l’équipe midget et le baseball mineur ont voulu ratisser un peu plus large en invitant ces jeunes à venir jouer au terrain #1 du Complexe sportif. « C’est une activité de départ et nous pourrons peut-être créer par la suite une petite ligue de para baseball qui pourra jouer périodiquement. C’est un test et on verra par la suite si on peut permettre aux jeunes de porter un uniforme comme tout le monde », fait valoir Gabriel Cyr.

Selon Baseball Québec, chacun des joueurs dispose d'un « copain » qui peut l’aider durant le match et l’encourager lorsqu’il est au bâton ou qu’il évolue en défensive. Ses copains peuvent, par exemple pousser un fauteuil roulant pour faire le tour des buts, tenir le bâton et aider le joueur à s’élancer lorsqu’il est à la frappe, protéger le joueur des balles frappées lorsqu’il est en défensive, etc. Tout cela dans l’unique but de rendre plaisante leur expérience du baseball.

Les deux organisateurs de cette activité invitent les autres associations sportives à s’intéresser à cette clientèle. « Nous sommes les porte-flambeau de cette initiative, mais peut-être que les clubs de soccer, d’athlétisme et autres pourraient eux aussi aller de l’avant avec le para sport », disent-ils. Et d’ajouter Marie Christine Thibeault, coordonnatrice de Répit-Loisirs : « La façon dont ça été fait aujourd’hui, c’était magique. Tout était adapté, chacun a pu participer, même un jeune en fauteuil roulant a pu jouer. Tout le monde a eu du plaisir. »

Et le mot de la fin : « Ces jeunes handicapés s’amusent beaucoup. On a vu des sourires, ils courent sur les buts, c’est vraiment fantastique et c’est touchant de les voir faire », ajoute Alain Dumas qui, avec cette réalisation, complétera un cycle de plusieurs années de participation à l’organisation du baseball en région.