Sections

Les producteurs agricoles veulent rencontrer la direction de Centre intégré de santé


Publié le 19 avril 2017

Gilbert Marquis

©Photo TC Media - Alexandre D'Astous

Le président de la Fédération de l’UPA du Bas-Saint-Laurent, Gilbert Marquis, réclame une rencontre avec la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo, pour la mise sur place d’un service de travailleur de rang dans chacune des huit MRC de la région.

« Les producteurs sont fiers et solides. Ils se cassent un bras et ils continuent quand même à travailler, mais c’est moins évident pour ce qui se passe entre les deux oreilles. Ils ne veulent pas consulter, ni se faire traiter, car ils ne veulent pas laisser leur entreprise seule. C’est pourquoi nous avons créé un fonds pour amasser des sous pour améliorer le service. Même si les producteurs et les syndicats membres de l’UPA vont faire leur part, c’est évident qu’on va avoir besoin d’une aide gouvernementale », indique M. Marquis, qui évalue les besoins à 500 000$ pour mettre le projet en marche.

« Il faut bien se préparer. Pas question de mettre un service en place pour l’abandonner ensuite faute de financement. Ça va prendre de l’argent récurrent. Il y a de la détresse dans nos champs et il faut venir en aide à nos producteurs. C’est un dossier qui me tient énormément à cœur et je ne baisserai pas le bras», lance M. Marquis.

M. Marquis estime qu’il faut commencer par l’embauche d’un coordonnateur. Il souhaite la mise en place d’un service d’ici deux ou trois ans. « Ça nous prend un engagement des services sociaux de la région», ajoute celui qui aimerait bien rencontrer le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour lui faire part de la situation et de la nécessité d’intervenir.

Portes ouvertes à la Ferme

Deux entreprises de la région accueilleront les visiteurs l’automne prochain à l’occasion de la Journée portes ouvertes sur les fermes du Québec initiée par l’UPA. Il s’agit de la Ferme l’Abitibienne propriété d’Alexandre Anctil, une entreprise ovine située à Saint-Mathieu-de-Rioux et de la Vallée de la Framboise, une entreprise fruitière située à Val-Brillant, dans la Matapédia.

Par ailleurs, l’UPA du Bas-Saint-Laurent confirme le retour du programme d’effarouchement des oiseaux migrateurs afin de réduire les problèmes associés à la présence des oies sur les terres agricoles de son territoire.