Sections

Entente maintenue avec Mont-Joli pour la direction du service incendie


Publié le 12 septembre 2017

Mont-Joli reprend la direction de son service incendie, comme c'était le cas avant 2005.

©Photo TC Media - archives

PROTECTION. Les quatre municipalités membres  du regroupement incendie de la Ville de Mont-Joli maintiennent leur entente avec cette dernière pour la protection incendie. Pour ce qui est des services de prévention, elles s'en remettent à la MRC de La Mitis.

« C'est le statu quo » résume le maire de Saint-Joseph-de-Lepage et préfet de la MRC de La Mitis, Réginald Morissette, à l'issue d'une réunion des municipalités qui regroupent aussi Sainte-Flavie, Sainte-Angèle-de-Mérici et Saint-Donat.

On a été mis devant le fait accompli, comme si nous n'étions pas concernés.

Réginald Morissette

Rappelons que dans une résolution adoptée unanimement en août, le conseil municipal a opté pour le retrait de la Ville de Mont-Joli de l'entente avec la MRC de La Mitis afin d'assumer dorénavant la direction des opérations administratives et des interventions sur son territoire. Dernièrement, les élus ont également ajouté la sécurité civile dans les volets de l'entente visés par le retrait de la Ville. Ils ont aussi nommé Robert Roger, directeur du service incendie. L'entente, qui arrive à échéance le 31 décembre prochain, sera maintenue en ce qui concerne la formation, les télécommunications et les services techniques.

Avec leur accord, Mont-Joli assurera la direction du service dans les quatre municipalités membres du regroupement. Ces dernières ont cependant choisi de rester avec la MRC pour ce qui est des services de prévention. « Il y a des emplois à protéger aussi » relève le maire de Saint-Joseph-de-Lepage et préfet de la MRC de La Mitis.

C'est un conflit entre M. Roger, alors chef de division, opération et prévention de la Ville de Mont-Joli, et le directeur de la sécurité incendie et civile de la MRC de La Mitis, Johnatan Brunet, qui serait à l'origine du retrait de Mont-Joli. Décision mal reçue par les municipalités membres du regroupement.

À l'instar de ses collègues de Sainte-Flavie (Rose-Marie Gallagher), Sainte-Angèle-de-Mérici (Alain Carrier) et Saint-Donat (Olivier Gillet), le maire Morissette n'a pas apprécié la façon d'agir de la Ville de Mont-Joli dans ce dossier.

« On a été mis devant le fait accompli, comme si nous n'étions pas concernés » déplore le maire de Saint-Joseph-de-Lepage. Même réaction du maire de Saint-Donat, Olivier Gillet. « On aurait dû être mis au courant de la situation bien avant que la décision se prenne » estime M. Gillet.