Un auteur originaire du Bas-Saint-Laurent fait paraitre un roman d’horreur fantastique


Publié le 18 avril 2017

Stéphane Canuel est natif d'Amqui.

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

LOUPS-GAROUS. Stéphane Canuel, Rimouskois né à Amqui en 1970 et qui réside aujourd’hui à Québec, fait paraître son roman « Lwendigo », de type fantastique/horreur dont l'action se déroule à Amqui, une histoire de loups affamés plogeant ses racines dans la légende du wendigo, une créature surnaturelle et maléfique consommatrice de chair humaine.

Le roman raconte l’histoire d’un passionné qui élève des loups afin de placer sa race fétiche au sommet des prédateurs des forêts canadiennes. Pendant que deux familles vont faire du camping sur les abords d’un lac, situé sur les terres d’une ferme, une bande de motards criminalisés profite de la nuit pour faire sa récolte dans un champ non loin de là. Par un concours de circonstances, les loups libérés et affamés feront vivre l’enfer à tous ceux qui croiseront leur regard de braise.

Doté de personnages attachants plongés dans des situations périlleuses,  « Lwendigo » fera vivre à ses lecteurs toute une gamme d'émotions fortes. Avec un style très cinématographique et l'influence d'auteurs comme Stephen King, Quentin Tarantino ou Patrick Senécal, Stéphane Canuel livre une œuvre fantastique pour public averti.

L’auteur affirme qu’à l’origine de son histoire, se trouve un fait vécu : « Lorsque j’avais 12 ans, nous avons fait une visite familiale chez l’un de mes oncles, où se trouvait un petit lac hébergeant beaucoup de canards. Une rumeur laissait entendre que le propriétaire laissait ses chiens en liberté sur ces terres. Mon père décida que nous mangerions du canard pour souper et que j’irai chasser avec lui. Munis de nos calibres 12 à pompe, nous sommes allés chasser. Fusil en main, j’attendais que les canards viennent vers moi, alors qu’un bruit attira mon attention. Je fis volteface et tombais nez à nez avec un gros berger allemand qui, canines retroussées, me fit comprendre que très bientôt il allait passer sa rage sur moi. Je finis par l’abattre avant qu’il ne se jette sur moi. »

Dans Lwendigo, l’auteur veut mettre en garde les gens des possibles attaques de bêtes sauvages lors de sorties en forêt. « L’expérience que j’ai vécue ce jour-là, sur la rive du lac, m’a confirmé que ce fait était tout ce qu’il y a de plus possible. Me vint alors cette idée : et s’il m’avait dévoré ? Et si cet homme avait eu des loups ? Mon esprit d’écrivain se mit alors en marche.. »

La légende du wendigo

M. Canuel explique qu’une légende dit qu’un être humain qui ne consomme que de la chair humaine peut en venir à se transformer en wendigo. « Serait-il possible qu’un animal qui ne se nourrit que de chair humaine en vienne à décupler sa force et ses attributs ? Serait-ce là le point de départ des légendes sur les loups garous ? Comment pourrait s’appeler le loup qui en vient à cette transformation ? Le nom Lwendigo s’imposa dans mon esprit. Je tenais là une idée que personne n’avait encore exploitée. Une idée originale et unique. Il ne me restait plus qu’à l’écrire. »

Le roman de 253 pages est publié chez Essor Livres Éditeur, Lwendigo est nouvellement en librairies.